daily prophet

La Coupe de Quidditch britanique touche à sa fin. Les Hollyhead Harpies sortent vainqueurs du tournoi et la fête bat son plein. La rebellion, elle, murmure (+).
Les tensions montent alors qu'un nouveau revenant est enfermé à Azkaban pour le meurtre "accidentel" de sa fiancée.
Teatime with the Queen : Buckinghamshire est voté le county préféré des sorciers immigrants.



 


Partagez | 
 

 [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 33
Gallions : 160
Avatar : Le Sinistros
Âge : infini
Sang : sanglant
Profession : mortelle
Situation civile : in love
Allégeance : le monde
Particularité : omniscient
avatar





Message
Sujet: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Jeu 8 Mar - 13:55

In hell we all are
Cordelia Mulciber, Anatoli Karkaroff,
Roderick Mulciber, Theodora Avery
In hell we all are
Toute la société sorcière est là. Tous ont revêtu leur plus belle tenue. Tous ont abandonné l'uniforme, ces longues robes noires qui terrifient les foules. Les costumes étriqués des hommes serrent leur torse musculeux. Les nœuds papillon étouffent les velléités, refrènent les ardeurs. On ne se bat pas, quand on a autour du cou une laisse trop serrée. Verre d'alcool à la main, les hommes se toisent tout en discutant calmement. Pour une soirée, les guerres intestines sont tenues éloignées. Leurs épouses ne sont pas en reste. Les décolletés des femmes rivalisent avec leur dos nus. Les robes dévoilent une peau d'albâtre, sans imperfection. Les coiffures sont lisses, maintenues par d'invisibles épingles, parsemées de diamants. Au cou de ces dames pendant des rivières d'or et de rubis, d'émeraude et de topaze. Orgueilleuses, elles rentrent le ventre pour masquer les ravages que les grossesses ont causé.  Toutes rivalisent de beauté et d'artifices. Les regards des hommes, avides, se posent sur ces corps enveloppés de soie. Ceux des femmes détaillent, traquent les défauts. Dans ce monde frelaté, tout n'est que dissimulation et tromperie. Fausse, la joie qui résonne dans la salle de bal. Faux, les sourires que tous affichent au moment où se tait l'orchestre. Faux, les applaudissements qui tonnent lorsqu'apparaît l'heureux couple.

Car tous sont là pour célébrer un événement auquel nul ne s'attendait. Des fiançailles au sein de la maison Mulciber. Debout sur l'estrade de marbre, surplombant la foule des dieux déguisés, Kenneth présente avec fierté les futurs mariés. « Mes chers amis ! Je suis heureux de vous voir réunis ici ce soir, pour fêter avec nous les fiançailles de mon adorable petite soeur, Cordelia. Elle a en effet décidé de s'unir avec le fils de notre regretté ami Andrei Karkaroff, Anatoli. » Le sourire qu'affiche l'ancien joueur de quidditch ne laisse aucun doute quant à son avis sur la situation. Dans la foule, certains se prennent à rire, étouffant le bruit de leurs moqueries sous les applaudissements. Une revenante et un mêlé. Même si le futur époux est un fervent partisan, il n'est pas auréolé d'autant de gloire qu'un Carrow ou un Yaxley. Mais qu'à cela ne tienne. Tous y trouvent leur compte. Kenneth Mulciber découvre enfin une utilité à sa soeur revenue. Anatoli se hisse dans la société sorcière. Cordelia, quant à elle, échappe au joug implacable de son frère aîné. Au milieu des acclamations, certains grincent des dents. La comédie du bonheur ne les convaincs pas, pas plus que l'apparente complicité qui unie les membres de cette famille. Quelques uns n'ignorent pas les tensions bien enfouies sous le vernis des apparences. Mais ils sont rares à en deviner les causes. La récente disparition de Roderick, par exemple. Présent pour la première fois depuis des semaines, le duelliste est aux côtés de sa soeur Ethel, debout dans la foule. Tous deux dardent sur leur père un regard chargé d'amertume. Comme à son habitude, Kenneth manipule la vérité, créé des illusions destinées à tromper le monde. Et tant pis s'il s'attire par la même occasion les foudres de ses enfants. Comme les autres, ils ploieront l'échine. Comme les autres, ils obéiront. Le sourire carnassier ne trompe pas. Saisissant une coupe de champagne sur un plateau tendu par un serviteur, Kenneth enjoint ses invités à faire de même. « Levez vos verres avec moi en l'honneur de Cordelia et Anatoli ! Aux futurs mariés ! » L'alcool glisse entre ses lèvres avec une facilité déconcertante, que seule apporte l'habitude. Puis, prenant la main de sa soeur, il guide les fiancés vers la foule. Commence enfin le ballet des félicitations et des faux semblants.

Précisions
- Vous êtes donc invités à célébrer publiquement les fiançailles de Cordelia et Anatoli. Il s'agit principalement de montrer que la cohésion des Mulciber n'a pas été atteinte par le fiasco des fêtes de Noël. Ne provoquez pas d'esclandres, ou Kenneth saura vous le faire payer.
- La fête a lieu dans la maison de ville des Mulciber. La grande salle de bal de marbre blanc est décorée aux couleurs de la famille. Un orchestre, interrompu par le discours de Kenneth Mulciber, joue un air destiné à couvrir les tensions. Entre les convives circulent des domestiques, soutenant d'une main des plateaux chargés de coupes de champagne.
- Les dés peuvent être utilisés pour rajouter du piment à vos interactions.

- Vos messages doivent idéalement faire moins de 500 mots histoire de garder le tout rapide. La fréquence des tours de réponse est de 5 jours maximum. Au de là de ça, ce sera au tour du joueur suivant de poster et vous devrez attendre que ce soit de nouveau votre tour avant de poster.
- Ordre de réponse : @Cordelia Mulciber, @Anatoli Karkaroff, @Roderick Mulciber, @Theodora Avery.
- Sont présents en tant que PNJ Kenneth Mulciber et Ethel Mulciber. Vous êtes libres d'interagir avec eux comme bon vous semble, et même de les faire réagir si cela sert votre réponse.
- ARIADNE est en charge de votre mission, elle est la personne à contacter en cas de besoin

_________________
ne pas mp le compte pnj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 248
Gallions : 236
Avatar : troian bellisario

Âge : 48 ans, même si elle en parait 17 de moins
Sang : pur
Profession : aucune
Situation civile : veuve, mariée clandestinement, fiancée à Anatoli Karkaroff, en couple avec Saga
Allégeance : neutre; elle porte la marque, souvenir de son ancienne vie
Particularité : Revenante
avatar



Cordelia Mulciber
crucio - revenant
crucio - revenant


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Lun 12 Mar - 18:44


La colère et la rancœur lui bouffent les tripes depuis le fond du ventre jusqu’à piquer le palais. Rien, pourtant, pour trahir ses humeurs. Le visage lisse de la cadette Mulciber ne dévoile jamais les sombres pensées qui s’entrechoquent depuis la nouvelle. Peut-être la mâchoire est-elle un peu plus contractée, et ses rares paroles acerbes. Impossible de départager l’humiliation, la déception, l’ire. C’est un amas de sensation toutes plus vives les unes que les autres, toutes plus douloureuses encore qui lui rognent les intérieurs et grandissent en dedans. Mais elle est solide, Delia. Moins qu’avant, c’est vrai ; plus qu’on ne veut bien le croire depuis son retour. Et pourtant, au début, Cordelia ne pouvait pas croire que, des années après, elle se retrouvait encore dans cette position de marionnette mise à disposition de son aîné dans le seul but d’assouvir la moindre de ses envies de pouvoir ou de grandeur. Revenante, elle se pensait enfin libre d’une partie de son influence et emprise perpétuelle sur sa vie. Rien n’aurait pu la préparer à cet odieux retournement. « Il est temps. » La voix d’Ethel résonne derrière elle. Quelle ironie, vraiment. Mais quand elle croise le regard de sa nièce, le rictus qui lui barre le visage, Cordelia s’apaise légèrement. Ethel est une alliée, et de taille – elles ne se ressemblent jamais autant qu’à cet instant, quand tante et nièce se scrutent, la même lueur au fond des rétines. « Il est temps. »

La mise en scène de Kenneth ne trompe personne, pas même lui, mais chacun s’applique à jouer son rôle ou masquer ses pensées un verre à la main. «… les fiançailles de mon adorable petite soeur, Cordelia. » La grimace qui s’imprime sur le visage de la revenante ne fait qu’écho aux rires dissimulés. Si tout le clan Mulciber se tient à ses côtés, si tous jouent plus ou moins leur rôle pour ne jamais ternir l’image familiale, Delia sait à quel point cette mascarade ne tient qu’à peu de chose. Droite, stoïque, Cordelia s’ingénie à contrôler le brasier qui couve en elle et qui ne demande qu’à exploser. Elle se donne une contenance. Elle est, depuis toujours une menteuse extraordinaire, ce qu’elle éprouve, elle le tord, l’infléchit pour le ranger . Et lors que tous lèvent leurs verres et avalent les mixtures acres, Delia, elle, repose la coupe sur un plateau. Et, jamais elle ne regarde Anatoli, même s’il lui semble que sa seule présence suffirait à l’embraser. Elle se prépare au long et douloureux défilé de tous ceux qui viendront lui présenter, leur présenter, des vœux de bonheurs aussi creux que faux. A commencer par ceux des siens.


_________________

effectivement tu es en retard sur la vie, la vie inexprimable, la seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t'unir. celle qui t'es refusée chaque jour par les êtres et par les choses dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments décharnés au bout de combats sans merci. — René Char
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t462-je-suis-mecaniquement-v
Messages : 167
Gallions : 137
Avatar : Hugh Dancy

Âge : 43 ANS et presque autant de mensonges.
Sang : MÊLÉ, il y a bien longtemps que les Karkaroff ont cessé de voir ça comme une honte.
Profession : LANGUE DE PLOMB (salle de la mort)/CHEF DES BOURREAUX, Anatoli donne la mort sans y penser à deux fois.
Situation civile : VEUF par une fois déjà, père du portrait craché de sa défunte femme. FIANCÉ à Cordelia Mulciber, union arrangée aussi inattendue qu'inédite et surprenante. La perspective ne l'enchante pas plus que ça mais Anatoli plie l'échine par devoir (si telle est la volonté des Karkaroff, il en sera ainsi fait).
Allégeance : MARQUÉ depuis si longtemps que le tatouage fait partie de son être. Anatoli a fait la guerre une fois pour le Seigneur des Ténèbres et se lancerait dans une deuxième bataille sans même hésiter.
Particularité : Aucune.
avatar



Anatoli Karkaroff
the great shipwreck of life
the great shipwreck of life


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Mar 13 Mar - 21:04

Anatoli oscille entre incompréhension et curiosité : ses fiançailles à Cordelia Mulciber sont aussi inattendues que non orthodoxes. Le fiancé est de sang mêlé et bien en vie, la fiancée a le sang bleu et est revenue d'entre les morts. Une coupe à la main, Anatoli s'applique à jouer le jeu que lui ont imposé les Karkaroff. Il s'est déjà marié une fois pour se plier à leurs désirs et il s'apprête à le faire une deuxième fois sans plus y réfléchir que ça : au moins cette fois-ci, la fiancée présente un intérêt pour le langue de plomb. Le discours de Kenneth fait son petit effet parmi la foule et surtout sur le reste de la famille Karkaroff. Un sourire semble s'être vissé de façon permanente sur les lèvres de son patriarche et demi-frère. Ils sont tous là au premier rang, le verre à la main et le sourire en coin de ceux qui gravissent petit à petit les échelons. Et peu importe s'il leur faut pour ça vendre Anatoli aux Mulciber. Celui-ci s'accommode sans trop de mal de la situation jusqu'ici, ne s'inquiète à vrai dire que des réactions d'Ioana.

Le discours de Kenneth se termine et sonne le début d'une comédie bien huilée. Anatoli est habitué aux faux semblants. Il s'en drape depuis l'enfance. Cordelia ne l'a pas regardé une seule fois depuis le début de la cérémonie et le futur marié est loin de s'en offusquer. Le mariage ne sera pas un d'amour mais de politique. C'est suffisant pour le Karkaroff. Oiseau de mondanités, Anatoli est dans son élément. Ce n'est qu'une autre réception, qu'une autre soirée. « Allons-y alors. » Souffle t'il alors qu'il suit Kenneth et Cordelia vers la foule. Ce soir peut être plus que n'importe quel autre, les apparences sont de la plus haute importance. Pour les Mulciber comme pour les Karkaroff. Anatoli sert les mains qu'on lui tend, trinque le sourire aux lèvres et fait la conversation sans même y penser.

_________________
PULL UP YOUR THRONE AND SIT
WHERE GOOD AND BAD CEASE TO EXIST

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Mar 13 Mar - 23:20


« Tiens-toi tranquille. » Les lippes d’Ethel se meuvent à peine et son regard est fixe, braqué sur les fiancés. L’agitation de son frère – dont on l’a flanquée afin que la fratrie apparaisse au mieux de son unité – en est d’autant plus tranchante. L’aînée n’est pas dupe : cela n’a rien de ses habitudes de gamin impossible, quand il trépigne de son prochain méfait ou d’un esclandre qu’il s’impatiente de voir naître. Depuis son retour, Roderick est assez différent, dans un sens qui déplait beaucoup à sa sœur. Pour commencer, il joue bien moins le jeu de ces mondanités alcooliques où d’ordinaire il n’avait jamais à se forcer. Comme il n’a pas daigné la voir avant ce soir, ils n’ont pas eu l’opportunité d’en discuter plus avant et, de toute évidence, les prochaines heures n’y seront pas propices. « Tu n’as qu’à la rejoindre, tranche-t-elle avec sécheresse, sans même le regarder. » D’instinct, il a un autre de ses regards en arrière, vers l’endroit où il a laissé Phaedre. Celle-ci répugne à prendre la lumière, ou bien est-ce la présence de son cadet qui la rebute. Quoi qu’il en soit, Ethel a bien été forcée de remarquer comme il est incapable d’en détacher les yeux. « Et te laisser sans escorte ? est tout ce qu’il trouve à répondre. » L’intonation trahit une tentative d’humour qu’il n’accoude pas très bien. Le fait que Theodora Avery (contre laquelle il prétend faire escorte) se trouve tout près d’eux ne l’aide pas franchement à trouver son courage. Il n’a, d’ailleurs, aucune attention pour elle.

Les pognes imitent Kenneth Mulciber et lèvent leur verre aux futurs mariés. « Tu crois que t’es la prochaine ? glisse le cadet à l’aînée. » Après que Roderick soit fiancé à Phaedre et que Cordelia soit promise à Anatoli, il ne manque plus guère qu’Ethel pour parfaire le jeu des alliances finement élaborées, et imposées, par le patriarche Mulciber. La plaisanterie n’est pas bien accueillie, encore qu’elle soit trop concentrée sur le cortège de son père et des deux fiancés qui s’approche d’eux pour bien le lui faire comprendre. À ce sujet, Roderick perd assez vite de son sourire et avale plus volontiers deux autres gorgées de son alcool. Il voudrait être ailleurs, en grande partie car il ne sait pas soutenir la vue de sa tante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Ven 16 Mar - 23:19

HELL HAS A FACE

Les mondanités la répugnent. Plain and simple. Theodora n'a aucune envie d'être ici. Et surtout pas en compagnie des Mulciber au grand complet. D'autant qu'elle est plutôt d'avis que marier une macchabée est outrement stupide. Que faire quoi que ce soit avec une macchabée est, de base, plutôt stupide, en fait. D'ailleurs, elle ne manquera certainement pas de vanner Karkaroff à ce sujet.

Du coin de l’œil, et comme tout le monde, elle observe le couple. L'imposture d'un sourire encoche les lèvres, mais le mépris (que seule Ethel semble pouvoir capter) tempête dans les intérieurs. Anatoli la feint si bien, la joie. Hypocrite. Sur ce point-là, il l'a toujours surpassée. Car ceux qui la connaissent vraiment savent qu'il n'y a rien de naturel à Theodora Avery qui salue poliment de la main et qui sourit telle la dernière des potiches. Aussi impériale et charismatique que soit cette potiche.

Et le fait que Roderick colle Ethel comme le sale enfant gâté et jaloux qu'il est termine d'entamer les résidus de bonne humeur qu'il lui restait encore. Même si elle soutiendrait volontiers Anatoli dans toute cette absurdité, elle préfère donc nettement s'effacer dans la masse plutôt que de devoir courber l'échine devant Kenneth Mulciber. Elle n'est pas d'humeur. Ça n'a aucun rapport avec l'homme en lui-même, quoi qu'elle se persuade du contraire. Il s'agit d'Ethel et de ce qu'il lui fait subir. Évidemment, qu'il s'agit d'Ethel. Le regard meurtrit les silhouettes à peine quelques secondes supplémentaires.
Assez pour que le patriarche Mulciber le remarque et qu'il la fixe à son tour. Il ne l'a jamais aimée. La fille de Dorothea Avery. Les Avery. Des femmes, au pouvoir ? Des femmes, supérieures ? Quelle absurdité. Alors qu'il s'attendait à ce que Theodora s'écrase, cette dernière soutient l’œillade. Elle le dit, il le voit : son mépris. Quelle impertinente.

Et ils sourient. Ils sourient. Kenneth. Theodora. A la haute. Au mariage. Assez pour les inconnus. Pas assez pour leur entourage. Il lui fera payer. Elle lui fera payer.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 33
Gallions : 160
Avatar : Le Sinistros
Âge : infini
Sang : sanglant
Profession : mortelle
Situation civile : in love
Allégeance : le monde
Particularité : omniscient
avatar





Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Sam 17 Mar - 23:08

In hell we all are
Theodora Avery, Roderick Mulciber,
Cordelia Mulciber, Anatoli Karkaroff
In hell we all are
La satisfaction se lit sur le visage de Kenneth Mulciber. Il a réussi. Sa soeur, inutile et désœuvrée, enfin transformée en instrument de pouvoir. Cordelia, encombrante créature, utilisée comme un pion sur l'échiquier politique. L'accord passé avec les Karkaroff, tenu secret, le comble au-delà de ses espérances. Cherchant Leonid Karkaroff du regard, l'ancien joueur le salut d'un sourire carnassier. La réponse ne se fait pas attendre. Un signe de tête, un signe de reconnaissance entre deux grands esprits. C'est ainsi que le voit Mulciber. C'est donc naturellement que le mangemort est venu le trouver, lui proposant d'unir leurs deux familles. D'abord perplexe quant aux avantages de cette alliance, Kenneth s'est finalement laissé convaincre en comprenant tout ce qu'apporterait ce mariage aux Mulciber. Plus de pouvoir, plus de prestige. L'accolade de leurs deux noms sur les cartons d'invitations a suffit à attirer les ennemis de toujours. On sait les deux familles puissantes, dévouées corps et âme au Maître. Personne ne s'étonne de les voir s'allier de la sorte. Ainsi Cordelia se trouve-t-elle contrainte de rejoindre bientôt le clan russe, liée à tout jamais au cadet de la famille. Anatoli.

Le regard d'acier glisse vers ses propres enfants, regroupés autour d'une chevelure polaire, aussi glacée que le cœur qui sommeille sous la tignasse. Theodora Avery. Démone envoûtante, à la botte de sa diablesse de mère. S'il avait pu, l'homme aurait interdit l'entrée de sa maison à la directrice. A l'espionne de Dorothea. Mais le jeu ne le lui permet pas, et il est contraint d'accueillir la blonde comme les autres. Il oubliera simplement de la saluer. Autour de Theodora gravite Ethel, et, collé aux basques de sa sœur, Roderick. Agacé par cette vision, il avale le contenu de sa coupe et fait signe à un serviteur. Un alcool plus fort sera nécessaire pour supporter cette soirée. Portant à ses lèvres le verre de Scotch que lui apporte le domestique, le patriarche observe ses enfants. Ethel, désormais guère plus qu'un jouet entre ses mains. Terre stérile animée d'une ambition stupide. Bientôt, il songera à une nouvelle alliance à cette aînée qu'il ignore depuis sa naissance. Une dernière tentative d'apporter la gloire à cette famille. Pour elle, comme pour Cordelia, il trouvera un parti susceptible d'ancrer son emprise sur la société sorcière. Heureusement, la question ne se pose plus pour son cadet. L'alliance conclue avec les Rosier est en bonne voie pour aboutir au plus important mariage de l'année. Épineux problème que ce gamin tourmenté, aux frasques multiples. Longtemps, il a cru ne pas pouvoir canaliser le garçon, le modeler à sa convenance. Sa réapparition, après trois semaines d'absence, semble néanmoins avoir eu un effet bénéfique sur l'enfant terrible. Le voilà désormais prêt à accepter son destin, en la personne de Phaedre Rosier.

Quittant enfin l'estrade depuis laquelle il surplombait ses invités, Mulciber daigne enfin se mêler à la foule. De tous les côtés, on le félicite pour cette alliance, on encense la beauté de la future mariée. Une charogne ambulante , songe l'homme. Personne ne risque un commentaire sur le fiancé, dont le sang mêlé fait tâche. Heureusement, il n'y aura pas d'enfant. C'est ce qu'il peut lire dans le regard de chacun, et aussi ce qu'il pense. Leur lignée restera pure, quoi qu'il arrive. Alors qu'il serre une énième main, un cri, puis un second, interrompent le brouhaha des conversations. « Septimus ! » « Il s'étouffe ! » Très vite, le vide se fait autour d'un jeune homme brun, étendu au sol. Son corps, agité de tremblements violents, rebondit sur le sol de marbre. Ses boucles brunes s'étalent sur les mains d'une femme agenouillée à ses côtés, qui tente de soutenir son crâne tressautant. Au-dessus d'eux, un homme supplie ses comparses de l'aider. Mais avant que quiconque aie pu esquisser un mouvement, les convulsions du malade cessent, avec toute la brutalité que confère la mort soudaine. Le cri de la femme est déchirant, résonne sous les voûtes de la salle de bal. « Oh, mon garçon ! » Dévasté, l'homme tombe à genoux et enlace le corps sans vie. Seulement alors, on remarque l'écume sanguinolente à ses lèvres, et ses yeux révulsés, cerclés de carmin. Répugnés, les invités s'écartent du mort et de ses parents, effondrés par le trépas soudain du jeune homme. Très vite, son nom circule sur les lèvres. On l'a reconnu. Septimus McKinnon, chef d'équipe des interrogateurs. Un homme clé dans la traque d'informations sur l'Ordre, et les insurgés qui le composent. Pour tous, le meurtrier est tout désigné, trahi par l'identité même de sa victime. Les murmures se transforment en cris de panique. Les rebelles ont infiltré les murs. Ils sont là, déguisés, prêts à frapper de nouveau. Les regards se tournent vers Kenneth. Comme lors des événements du marché de Noël, on s'en remet à lui. On espère qu'il a la situation sous contrôle, malgré la soudaineté de l'attaque. Sans perdre une seconde, le mangemort abandonne son verre à son interlocuteur et élève la voix. « Fermez toutes les issues ! Personne ne sort ! Ne laissez partir personne, vous m'entendez ? » L'armée de serviteurs se met aussitôt en branle et le bruit de portes et de fenêtres que l'on condamne empli bientôt l'air. Profitant de cet instant, Mulciber regagne l'estrade et lève un bras apaisant. « Écoutez-moi, mes amis ! Nous sommes nombreux, nous sommes puissants. L'assassin ne peut nous échapper ! » Il lui faut réfléchir rapidement à une stratégie, sans quoi la panique risque à nouveau de gagner ses convives. Prenant une profonde inspiration, l'homme lâche finalement ses ordres. « Fouillez la maison. Observez votre voisin, et s'il vous est inconnu, neutralisez-le. » Sa voix se fait calme, posée. Habitué à commander, il retrouve aisément les intonations propres à influencer les foules. Cette fois, il pose le regard sur Mr et Mrs Mckinnon. « Ne laissez pas le meurtre de Septimus McKinnon impuni. »

Précisions
- La fête de fiançailles a tourné au drame lorsque Septimus McKinnon, chef d'équipe des interrogateurs, s'est soudainement effondré, le corps agité de convulsions. De toute évidence, il a été empoisonné. Il vous incombe désormais de chercher l'assassin dans la maison.
- Si les soupçons s'orientent de prime abord sur l'Ordre du Phénix, chaque convive peut et doit être considéré comme suspect.
- Les dés peuvent être utilisés pour rajouter du piment à vos interactions.

- Vos messages doivent idéalement faire moins de 500 mots histoire de garder le tout rapide. La fréquence des tours de réponse est de 5 jours maximum. Au de là de ça, ce sera au tour du joueur suivant de poster et vous devrez attendre que ce soit de nouveau votre tour avant de poster.
- Ordre de réponse : @Cordelia Mulciber, @Anatoli Karkaroff, @Roderick Mulciber, @Theodora Avery.
- Sont présents en tant que PNJ Kenneth Mulciber et Ethel Mulciber. Vous êtes libres d'interagir avec eux comme bon vous semble, et même de les faire réagir si cela sert votre réponse.
- ARIADNE est en charge de votre mission, elle est la personne à contacter en cas de besoin

_________________
ne pas mp le compte pnj


Dernière édition par Maître du jeu le Lun 26 Mar - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Invité
Invité


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Dim 18 Mar - 3:25

HELL HAS A FACE

Un meurtre. C'est d'une triste récurrence, ces derniers temps. On dirait le mauvais scénario d'un nanar moldu-horrifique. Il y a même un schéma qui se dessine : prenons un événement diablement public, mettons Kenneth Mulciber sur la scène et toute sa famille dans l'assemblée, et orchestrons un plan totalement foireux, au hasard : assassinons quelqu'un. On dirait que des abrutis se passent le mot...

Alors que tout le monde s'affaire, Theodora préfère plutôt s'asseoir un peu à l'écart pour ricaner et profiter d'un plateau de coupes de champagne. Non seulement elle n'en a que faire, mais en plus, elle détestait notoirement Septimus McKinnon. Leur duel de l'an dernier, d'ailleurs, restera dans les annales, puisqu'elle l'avait envoyé à Sainte Mangouste pour trois semaines, la gueule amochée et le bras complètement détruit. Il n'avait qu'à retenir ses insultes à l'égard de sa fille aînée. Bref. C'était un incapable et un fainéant de premier ordre. Le monde se portera bien mieux sans lui.

Kenneth, qui finit par poser le regard sur l'impertinente, se frotte intérieurement les mains. C'est là la parfaite occasion de se débarrasser de Theodora Avery. D'un coup, d'un seul, il pointe une baguette accusatrice vers l'héritière de Dorothea. Une partie de la foule se tourne vers lui, puis vers elle.

« -Avez-vous quelque chose à nous faire partager, Avery ? Vous m'avez l'air bien peu concernée par la mort de notre regretté Septimus... Et si mes souv-
-Assassin ! Vous n'en aviez pas assez fait l'année dernière ?! Il a fallu que vous finissiez le travail, n'est-ce pas ?... Vous ne pouvez pas vous en empêcher, vous autres, Avery. Crie la mère sous le coup de la colère. »

Le sourire mesquin s'efface, et la silhouette se relève, impérieuse et menaçante. Theodora ne se laissera pas accuser d'un crime aussi stupide et maladroit. Elle se sent insultée qu'on considère même l'éventualité qu'elle ait pu le commettre. Les mâchoires se serrent, et elle se retient d'exploser.

« Si vous mentionnez encore une seule fois mon nom, il se pourrait que vous terminiez dans la même situation que votre imbécile de fils. Alors épargnez-moi vos élucubrations d'hystérique, et retournez donc gentiment pleurer la mort de cet incapable. »

Alors qu'elle pensait que personne ne croirait à ces élucubrations d'hystérique, de plus en plus de regards accusateurs se tournent dans sa direction. Kenneth, dans son coin, esquisse un sourire discret mais satisfait. Quel connard. Un coup d’œil furtif vers lui suffit à promettre qu'elle lui fera ravaler. Et puis le regard se pose brièvement sur Ethel, qui l'observe d'une inquiétude qu'elle seule est capable de décrypter.

« Vous pensez vraiment que je suis assez stupide pour acter un crime ici, en plein milieu d'une réception ? Si j'avais voulu tuer qui que ce soit, soyez certains que vous ne le soupçonneriez même pas. Mais franchement, je salue l'audace de celui qui a osé. Et je le remercie surtout de nous avoir tous soulagé de la présence de cet idiot. Le monde se portera bien mieux sans lui. »

Un sourire effronté renaît sur ses lèvres. Son plaidoyer n'arrange pas nécessairement son cas. La macabre réputation de Theodora Avery durant la guerre n'est plus à refaire et plus à douter.

« Monstre ! Vous n'avez donc aucune compassion ?! Qu'est-ce que vous attendez ?! Arrêtez la ! Vous ne voyez donc pas qu'elle est coupable ?! »

Tout le monde se jauge pour savoir qui osera écrouer Theodora Avery, la précieuse progéniture de Dorothea. C'est finalement Ethel qui s'avance vers elle, le pas assuré et le visage fermé. Longtemps, les deux aimées échangent un regard qui n'est que pour elles. Non... On ne va pas oser ? Le déplacement de la Mulciber, visiblement, inspire. Car trois autres mangemorts se détachent des rangs, baguettes en mains.

« Suis-nous, Theodora. Inutile de provoquer une esclandre. »

Theodora n'est peut-être pas coupable, mais il faut à minima l'interroger. Et Ethel préfère en être pour s'assurer du bien portant de sa compagne. Tout comme elle espère que sa présence dissuadera l'Avery de se rebeller, ou de faire ressortir son sale comportement.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité
Invité


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Dim 18 Mar - 16:07


La main d’Ethel s’abat vigoureusement sur la coupe que son frère envisageait de siphonner. Des deux, elle a le plus pris des Selwyn et de leur accointance avec tous les poisons. Roderick, à l’inverse porte tout et n’importe à ses lèvres et notamment le plus commun de tous les venins – l’alcool. Décontenancé une bonne seconde, il est tiré de sa stupeur offusquée par les cris de la McKinnon qui jamais ne tarissent. Un meurtre, sous ces arcades, ces tableaux, ces tentures ; quelqu’un en veut à l’honneur et à la crédibilité des Mulciber pour que l’on n’assassine jamais mieux que sous la vigilance de leur patriarche. Au reste, Roderick n’est pas rentré pour voir l’un de ses amis mourir… Il joue des épaules pour fendre la masse pétrifiée des convives et rejoindre le corps inerte de Septimus. Tout autour du jeune homme, on a fait le vide, une sorte de distance sanitaire parfaitement stupide à voir l’écume qui déborde de la bouche. Il n’y a que ses parents, qu’une horreur traverse de la figure jusqu’aux poings serrés. Le fils se fiche assez des accusations rapidement lancées par le père. Voûté vers son camarade, il dévisage le cadavre dont les traits vont demeurer dans cette expression de souffrance.

Le bois de tremble démange les phalanges de Roderick. Il supplie qu’on l’empoigne. S’il n’avait en quelques sortes promis d’être moins impulsif, moins instable, il fondrait dans l’interstice ébauchée par son père. Qu’il est tentant d’exploiter la souffrance d’une mère, d’abuser de la bêtise populaire et de tourmenter Theodora Avery… N’est-ce que pour l’attention d’Ethel, dont elle fait l’objet et qu’il jalouse, Roderick voudrait se mettre aux ordres du père. « Elle n’aurait jamais tué le chef des interrogateurs, et tu le sais très bien. » Ses phalanges attrapent fermement la manche paternelle. Tout de suite, Kenneth s’en dégage et darde un regard mauvais sur son fils cadet. « Reste en dehors de ça, tu veux ? » Mais l’impertinent insiste. Plus que mettre au supplice la directrice de la Justice magique, il veut l’assassin de Septimus et ce genre de règlements de venelle ne les y aideront pas. Il refuse que l’opportunisme caractéristique de son géniteur donne de l’impunité au vrai coupable. « Elle est occlumens… Personne n’arrivera à rentrer dans sa tête. » Et, surtout, il ne croit pas qu’Ethel essaiera sincèrement. « Pitié, dit-il. Disculpe-la. Elle peut nous aider. »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 248
Gallions : 236
Avatar : troian bellisario

Âge : 48 ans, même si elle en parait 17 de moins
Sang : pur
Profession : aucune
Situation civile : veuve, mariée clandestinement, fiancée à Anatoli Karkaroff, en couple avec Saga
Allégeance : neutre; elle porte la marque, souvenir de son ancienne vie
Particularité : Revenante
avatar



Cordelia Mulciber
crucio - revenant
crucio - revenant


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Mar 20 Mar - 1:02


La stupeur laisse rapidement place à l’asthénie totale. En même temps que le myocarde s’agite dans la cage d’os, une angoisse vive lui grimpe depuis le ventre. Le sang bat dans ses tempes en même temps qu’il reflue de son visage, et c’est un réflexe qui la fait s’agripper violemment à celui qui se trouve à ses côtés, Anatoli. Bien sûr, elle reprend rapidement ses esprits – un semblant de contenance – et s’éloigne tout aussi rapidement de lui de quelques pas. Autour d’elle, on hurle et s’écharpe, à nouveau en chasse d’un parfait coupable, mais les sons lui parviennent comme étoufféz par un mur de coton. L’horreur avec laquelle se débat Cordelia, nul ne peut l’imaginer. Mais, l’espace d’un instant, ou peut-être une minute, ce sont des souvenirs aussi flous que fugaces et violents qui ont envahi son esprit, et il lui semble que c’est tout son corps qui se souvient de l’odieux sort qu’on lui a fait avant que la vie ne la quitte définitivement. L’impression n’a duré un bref moment et elle ne pourrait pas la décrire. Ne reste que la terreur, qui la laisse là, foutue et tremblante. A l’horreur se dispute une sourde colère qui revient de loin. L’humiliation ne suffit donc pas, il faut que ce soit lors de cette mascarade qu’on commette encore un forfait. C’est de loin qu’elle suit les échanges vivaces, et déjà les hurlements hystériques ne l’atteignent pas. L’angoisse lui comprime tant la poitrine qu’il lui semble impossible de respirer et son intuition lui gueule de mettre les voiles. Les complots et rivalités lui importent peu, lui semblent même dérisoire. Bientôt, la raison cède à l’instinct de survie pour juguler l’horreur qui lui ronge les entrailles et l’empêche du moindre mouvement. S’ils sont occupés à s’écharper, personne ne prêtera attention à sa fuite, elle s’en persuade.
Kenneth ne répond certes rien dans l’immédiat à son rejeton, il repère néanmoins du coin de l’œil l’échappée de sa cadette et c’est d’un geste discret qu’il ordonne qu’on avorte son projet. Il ne faudrait que quelques instants au plus stupide des esprits pour considérer la fugue de sa cadette comme un aveu silencieux. Or, s’il ne perçoit aucun mobile à donner à sa cadette, Kenneth préfère limiter l’esclandre ; il y a bien assez avec Roderick qui semble s’ingénier à détruire l’image de la famille pour que Cordelia fasse à son tour, à nouveau, la une de la Gazette, accusée d'assassinat le jour de l'annonce de ses fiançailles ! La poigne enserre fermement le bras de la Mulciber. Comme brûlée, elle se retourne vivement et tente de se libérer de l’emprise de l'inconnu. Mais le mangemort volontaire qui l’agrippe ne cède pas. « Lâchez moi, elle fulmine et supplie dans le même temps. » Son cœur va transpercer sa poitrine, et déjà son corps tout entier semble pris de convulsion.

Lancé des dés

Réussite/réussite : la magie de Cordelia ressurgit brutalement et violemment. L’homme s’enflamme sans qu’on ne puisse rien y faire.
Spoiler:
 


_________________

effectivement tu es en retard sur la vie, la vie inexprimable, la seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t'unir. celle qui t'es refusée chaque jour par les êtres et par les choses dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments décharnés au bout de combats sans merci. — René Char


Dernière édition par Cordelia Mulciber le Mar 20 Mar - 1:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t462-je-suis-mecaniquement-v
Messages : 310
Gallions : 725
avatar





Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Mar 20 Mar - 1:02

Le membre 'Cordelia Mulciber' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Dé de hasard' :


--------------------------------

#2 'Dé de hasard' :

_________________
ne pas mp le compte pnj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com
Messages : 167
Gallions : 137
Avatar : Hugh Dancy

Âge : 43 ANS et presque autant de mensonges.
Sang : MÊLÉ, il y a bien longtemps que les Karkaroff ont cessé de voir ça comme une honte.
Profession : LANGUE DE PLOMB (salle de la mort)/CHEF DES BOURREAUX, Anatoli donne la mort sans y penser à deux fois.
Situation civile : VEUF par une fois déjà, père du portrait craché de sa défunte femme. FIANCÉ à Cordelia Mulciber, union arrangée aussi inattendue qu'inédite et surprenante. La perspective ne l'enchante pas plus que ça mais Anatoli plie l'échine par devoir (si telle est la volonté des Karkaroff, il en sera ainsi fait).
Allégeance : MARQUÉ depuis si longtemps que le tatouage fait partie de son être. Anatoli a fait la guerre une fois pour le Seigneur des Ténèbres et se lancerait dans une deuxième bataille sans même hésiter.
Particularité : Aucune.
avatar



Anatoli Karkaroff
the great shipwreck of life
the great shipwreck of life


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Ven 23 Mar - 23:10

Le meurtre de Septimus McKinnon met fin à la comédie d'Anatoli aussi rapidement qu'un seau de glace. La situation a des airs de mauvaise blague et Anatoli retient à peine un soupir exaspéré : le meurtre de Septimus n'est qu'un évènement supplémentaire dans une longue série d'actions contre le gouvernement. Le discours de Kenneth résonne sans qu'Anatoli ne l'écoute réellement, trop occupé à dévisager la foule. Lentement, le chef des bourreaux pose sa coupe de champagne sur l'une des tables à proximité. Le dos droit, le Karkaroff ne manquera pas de faire son boulot : une tête coupable tombera ce soir. Sa promotion vient avec son lot de responsabilités : juste après les lieutenants, Anatoli fait partie des personnes les mieux placées chez les Mangemorts ce soir. Sous le régime de Voldemort, le mérite prime sur le sang pur et, Anatoli prend quelques secondes pour en apprécier l'ironie : quoi qu'en disent ou qu'en pensent les sang purs présents, la position hiérarchique du Karkaroff est incontestable.

Les sourcils froncés, le Mangemort observe la scène se dérouler entre les Mulciber et Theodora Avery : le tout est d'un ridicule affligeant. Tous savent que Theodora Avery n'a ni tué Septimus, ni n'en sera inquiétée plus que de raison. Kenneth peut s'époumoner autant qu'il le désire, Dorothea reste mieux placée et plus puissante que lui. Faire une esclandre au lieu de chercher le réel coupable n'heurtera au final que le Mulciber. Et comme si la situation n'était pas déjà trop similaire à un cirque, la magie de Cordelia s'emballe et enflamme l'un des sbires de Kenneth Mulciber. D'un geste de sa baguette, Anatoli fait glisser le cadavre jusque dans un coin de la pièce sans retenir, cette fois, un soupir exaspéré (pas vraiment à destination de Cordelia mais plus en direction de tout ça et des proportions que prennent l'affaire).

Quelques mètres plus loin, un homme se recule contre le mur, visiblement mal à l'aise. « Vous, quelque chose à dire ? » L'injective Anatoli (sans hausser le ton) dans un haussement de sourcil.

Dé pour le MJ :
OUI : L'homme a en effet vu quelque chose de suspicieux
NON : De nature plus sensible, les deux morts successives l'ont "juste" secouées

_________________
PULL UP YOUR THRONE AND SIT
WHERE GOOD AND BAD CEASE TO EXIST



Dernière édition par Anatoli Karkaroff le Ven 23 Mar - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 310
Gallions : 725
avatar





Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Ven 23 Mar - 23:10

Le membre 'Anatoli Karkaroff' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de hasard' :

_________________
ne pas mp le compte pnj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com
Messages : 33
Gallions : 160
Avatar : Le Sinistros
Âge : infini
Sang : sanglant
Profession : mortelle
Situation civile : in love
Allégeance : le monde
Particularité : omniscient
avatar





Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Mer 28 Mar - 15:56

In hell we all are
Theodora Avery, Roderick Mulciber,
Cordelia Mulciber, Anatoli Karkaroff
In hell we all are
Face à l'agitation provoquée par le meurtre de McKinnon, Kenneth Mulciber tremble de rage. Ce n'est pas la mort du chef des interrogateurs qui le met hors de lui, mais bel et bien l'impudence des rebelles. Par deux fois, ces chiens ont entrepris de détruire son oeuvre. Cette fois, ils ont choisi de l'attaquer sous son toit. Pour l'entraîneur, il ne fait aucun doute que l'Ordre est responsable de cet événement tragique, et il entend bien débusquer le meurtrier. Se délectant par avance des tortures qu'il compte infliger à l'homme - ou à la femme - coupable d'assassinant, Mulciber scrute la foule affolée. A l'écart des mangemorts éplorés, Theodora Avery s'installe tranquillement sur une chaise. Comme à son habitude, la fille aînée de la Ministre semble hors du temps, complètement imperméable aux événements qui se jouent autour d'elle. Un sourire cruel aux lèvres, le mangemort se tourne vers la blonde. Son attitude lui offre l'occasion rêvée de passer ses nerfs sur quelqu'un susceptible de le supporter. Sans hésiter, il étend bras et baguette vers la sorcière. « Avez-vous quelque chose à nous faire partager, Avery ? Vous m'avez l'air bien peu concernée par la mort de notre regretté Septimus... Et si mes souv- » « Assassin ! Vous n'en aviez pas assez fait l'année dernière ?! Il a fallu que vous finissiez le travail, n'est-ce pas ?... Vous ne pouvez pas vous en empêcher, vous autres, Avery. » Les cris hystériques de la mère l'horripilent instantanément, mais il n'en montre rien. La réponse d'Avery ne se fait pas attendre. Dictatoriale, la sorcière se dresse de toute sa hauteur. « Si vous mentionnez encore une seule fois mon nom, il se pourrait que vous terminiez dans la même situation que votre imbécile de fils. Alors épargnez-moi vos élucubrations d'hystérique, et retournez donc gentiment pleurer la mort de cet incapable. » Le ton est abrupt mais n'empêche pas les convives de se tourner peu à peu vers la sorcière, le regard chargé d'accusations. Mulciber n'a pas le temps de s'avancer pour sommer Avery de se taire. « Vous pensez vraiment que je suis assez stupide pour acter un crime ici, en plein milieu d'une réception ? Si j'avais voulu tuer qui que ce soit, soyez certains que vous ne le soupçonneriez même pas. Mais franchement, je salue l'audace de celui qui a osé. Et je le remercie surtout de nous avoir tous soulagé de la présence de cet idiot. Le monde se portera bien mieux sans lui. » Le soupir d'effroi qui traverse la foule résonne sous les voûtes blanches. La blonde martèle sa défense, qui n'en est pas vraiment une, d'un ton agressif fait pour la discréditer. Encore une fois, il n'a guère le temps de s'interposer entre l'infâme progéniture de Dorothea et la mère vengeresse. « Monstre ! Vous n'avez donc aucune compassion ?! Qu'est-ce que vous attendez ?! Arrêtez la ! Vous ne voyez donc pas qu'elle est coupable ?! » Elle lui jette un regard implorant, le suppliant de répondre à sa requête. Hésitant l'espace d'une seconde, Mulciber regarde finalement sa fille aînée s'avancer. Le geste l'étonne mais il ne l'interrompt pas, car à sa suite s'avancent trois autres mangemorts. Le patriarche n'entend pas les mots qu'adressent Ethel à Theodora, car il voit son fils le rejoindre sur l'estrade. « Elle n’aurait jamais tué le chef des interrogateurs, et tu le sais très bien. » Mulciber sent que le gamin agrippe sa manche et il lui retire son bras sans réfléchir. Roderick, d'ordinaire si effacé sur la scène politique, ne pouvait choisir pire moment pour se mêler de ce qui ne le regarde pas. Son regard est dur, sans concession. « Reste en dehors de ça, tu veux ? » La situation est déjà délicate, il n'a pas besoin de voir le môme traîner dans ses jambes. Mais Roderick insiste. « Elle est occlumens… Personne n’arrivera à rentrer dans sa tête. » Un fait que Kenneth n'ignore pas, et avec lequel il compte composer. « Pitié. Disculpe-la. Elle peut nous aider. » Cette fois, Mulciber se tourne vers son fils, le visage tordu par un rictus de mépris. Ce faisant, il aperçoit du coin de l'oeil sa soeur s'écarter et adresse un signe discret aux mangemorts qui l'entourent. Empêchez-la de partir. Il a conscience des regards braqués sur Roderick et lui, une diversion bienvenue pour cacher la tentative de fuite de sa cadette. « Pitié ? Tu crois que le meurtrier de Septimus McKinnon en a eu, de la pitié ? » Le ton est sec, contenu. Hors de question de laisser la maison Mulciber se déchirer devant tout ce que compte d'influent la société sorcière. Et surtout pas à cause de Theodora Avery. Il n'a pas le temps de poursuivre, car un nouveau cri déchirant transperce ses tympans. Tournant les talons, le patriarche découvre Cordelia, visiblement horrifiée face à la torche humaine à ses côtés. Il ne lui faut qu'une seconde pour comprendre qu'elle est responsable de cette nouvelle mort. Car très vite les cris s'éteignent, ne laissant aucun doute sur l'état de l'homme chargé d'arrêter la revenante. Résistant à l'envie de hurler sa frustration, Mulciber regarde Anatoli Karkaroff s'avancer et écarter magiquement le cadavre. De tous, il est probablement le plus à même de garder la tête froide. Un soulagement pour Kenneth, qui reconnaît en lui un allié. Il le regarde d'ailleurs questionner un homme, visiblement ébranlé par les deux cadavres qui gisent au sol. Cette seconde mort brutale semble avoir calmé les humeurs belliqueuses des convives et Mulciber en profite pour se tourner vers ses invités. « Regardez ! En nous attaquant dans notre demeure, l'Ordre pense pouvoir nous diviser. Et il a bien failli réussir. » Main et baguette désignent ensemble les mangemorts entourant Theodora Avery. « Veuillez relâcher mademoiselle Avery, je vous prie. » Le charisme des Mulciber refait surface, lui permet de reprendre en main la situation. Exécutant l'ordre, Ethel et les mangemorts reculent de quelques pas, rendant à la directrice sa liberté. Il lui adresse un petit sourire sardonique avant de reporter son attention sur la foule. « Évacuez les corps de nos disparus. Ils méritent d'être mieux traités que cela, que d'être abandonnés au sol. » D'abord hésitants, quelques hommes se décident finalement à approcher des deux morts, usant de magie pour les transporter dans l'une des chambres de l'étage. Abattus par le chagrin, les parents de Septimus McKinnon suivent en silence le triste cortège, les épaules agitées de sanglots. La hargne de la mère a disparu, remplacée par la douleur. Ce n'est que lorsque les portes de la salle se referment derrière eux que Mulciber reprend la parole. « De toute évidence, aucun d'entre nous ne peut être coupable. Seuls l'Ordre du Phénix et ses sbires sont capables de crimes aussi odieux. Fouillez la maison, répète-t-il. L'assassin se trouve peut-être encore parmi nous. » Lui-même quitte une nouvelle fois l'estrade pour se mêler à la foule, et s'approche d'un valet. « Rassemblez les domestiques. N'oubliez personne. » Puis il tourne les talons, déterminé à contenir le scandale qui menace sa maison.

Précisions
- En quelques minutes, la liste des convives s'est raccourcie de deux noms. L'urgence de la situation exhorte chacun à trouver le coupable. Le premier mouvement de panique apaisé, tous s’attelle à la tâche.
- La vindicte populaire a d'abord accusé Theodora Avery mais Kenneth Mulciber les rappellent tous à l'ordre : seuls les rebelles sont à viser.
- Les dés peuvent être utilisés pour rajouter du piment à vos interactions.

- Vos messages doivent idéalement faire moins de 500 mots histoire de garder le tout rapide. La fréquence des tours de réponse est de 5 jours maximum. Au de là de ça, ce sera au tour du joueur suivant de poster et vous devrez attendre que ce soit de nouveau votre tour avant de poster.
- Ordre de réponse : @Cordelia Mulciber, @Anatoli Karkaroff, @Roderick Mulciber, @Theodora Avery.
- Désormais, seule Ethel Mulciber est présente en tant que PNJ. Vous êtes libres d'interagir avec elle comme bon vous semble, et même de la faire réagir si cela sert votre réponse.
- ARIADNE est en charge de votre mission, elle est la personne à contacter en cas de besoin

_________________
ne pas mp le compte pnj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 167
Gallions : 137
Avatar : Hugh Dancy

Âge : 43 ANS et presque autant de mensonges.
Sang : MÊLÉ, il y a bien longtemps que les Karkaroff ont cessé de voir ça comme une honte.
Profession : LANGUE DE PLOMB (salle de la mort)/CHEF DES BOURREAUX, Anatoli donne la mort sans y penser à deux fois.
Situation civile : VEUF par une fois déjà, père du portrait craché de sa défunte femme. FIANCÉ à Cordelia Mulciber, union arrangée aussi inattendue qu'inédite et surprenante. La perspective ne l'enchante pas plus que ça mais Anatoli plie l'échine par devoir (si telle est la volonté des Karkaroff, il en sera ainsi fait).
Allégeance : MARQUÉ depuis si longtemps que le tatouage fait partie de son être. Anatoli a fait la guerre une fois pour le Seigneur des Ténèbres et se lancerait dans une deuxième bataille sans même hésiter.
Particularité : Aucune.
avatar



Anatoli Karkaroff
the great shipwreck of life
the great shipwreck of life


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Ven 6 Avr - 13:16

Kenneth reprend le contrôle de la situation sans flancher, profite de l'occasion pour accuser l'Ordre. Anatoli hoche légèrement le menton, tout à fait d'accord avec les propos du patriarche Mulciber : au delà de sa volonté de se présenter sous son meilleur jour devant l'entraineur de Quidditch, le Karkaroff ne voit en l'Ordre qu'un rassemblement de vermines. Trop effrayés, trop faibles encore que pour attaquer le régime avec plus de fougue qu'un assassinat ci et là. Juste de quoi agacer et faire monter l'attente : le langue de plomb attend la confrontation directe. Les Phénix se sont fait écraser une première fois et le serpent ne doute pas de pouvoir les repousser à nouveau.

Le premier instinct d'Anatoli est de se tourner vers les domestiques rassemblés. Le coupable se cache parmi la foule et le Karkaroff soupçonne en premier lieu le personnel de maison. C'est à ses yeux le moyen le plus simple de faire rentrer un partisan de l'Ordre dans la demeure des Mulciber. Les invités, après tout, sont triés sur le volet. Et si Anatoli n'exclut pas une fiole de Polynectar ou un sortilège impardonnable, commencer par interroger la dizaine de domestiques rassemblés sur ordre de Kenneth semble un bon point de départ. Anatoli s'approche et se plante devant eux, la baguette entre les doigts. « Si vous êtes au courant de quoi que ce soit de suspect, je vous suggère de le faire sans tarder. »

Au milieu des domestiques, une femme d'une vingtaine d'années tout au plus semble nerveuse. Un peu en retrait des autres et les yeux rivés au sol, elle a l'air mal à l'aise de ceux qui - si ils ne sont pas directement coupables - ont des informations à cacher. Anatoli s'approche, la baguette bien en évidence. « Vous semblez bien nerveuse. Une information à nous faire partager, peut être ? »

NON/OUI: la sorcière n'a rien à cacher et sa nervosité n'est due qu'à l'ambiance morose qui s'est abattue sur la soirée. Son agacement est, lui, bien réel. « Je n'ai rien à me reprocher ! Si je suis nerveuse, c'est que certains d'entre nous n'ont pas l'habitude de voir des gens mourir sous leurs yeux. » Souffle t'elle en direction des serpents.
Spoiler:
 


(pour ceux qui ont vu mon fail, je n'ai pas triché, j'ai relancé le dé parce que comme un boulet je n'avais mis qu'un lancé j'avais un bravo en plus )

_________________
PULL UP YOUR THRONE AND SIT
WHERE GOOD AND BAD CEASE TO EXIST



Dernière édition par Anatoli Karkaroff le Ven 6 Avr - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 310
Gallions : 725
avatar





Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   Ven 6 Avr - 13:16

Le membre 'Anatoli Karkaroff' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de hasard' :

_________________
ne pas mp le compte pnj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com



Contenu sponsorisé


Message
Sujet: Re: [QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA   

Revenir en haut Aller en bas
 
[QUÊTE] IN HELL WE ALL ARE - CORDELIA, ANATOLI, RODERICK, THEODORA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CISTEM APERIO ::  :: Londres sorcier :: Habitations-
Sauter vers: