daily prophet

La Coupe de Quidditch britanique touche à sa fin. Les Hollyhead Harpies sortent vainqueurs du tournoi et la fête bat son plein. La rebellion, elle, murmure (+).
Les tensions montent alors qu'un nouveau revenant est enfermé à Azkaban pour le meurtre "accidentel" de sa fiancée.
Teatime with the Queen : Buckinghamshire est voté le county préféré des sorciers immigrants.



 


Partagez
 

 ISABEL - fighting for another's life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 179
Gallions : 72
Avatar : Eiza Gonzalez
ISABEL - fighting for another's life. Tumblr_nzbikcjnDL1udr5nho5_250
Âge : 32 ANS, nombreuses sont les années qui se sont perdues. La trentaine à l’âme, la soixantaine au fond du cœur, la mort a changé la donne. (30.04.1928)
Sang : NÉ MOLDUE, la sang de bourbe se prétend sang souillé avec un sourire joueur. Ses origines découvertes signeront la fin de la vie comme elle la connait.
Profession : ESCORT, c’est au bras de sorciers influents que la beauté se pavane, le sourire aux lèvres, le jeu au fond du cœur. Mensonge au sein du monde, mensonge au sein des lits. L’oiseau est un ESPION au sein des serpents.
Situation civile : Le cœur n’a jamais eu le temps d’aimer, alors la femme est SEULE au milieu du monde. Elle s’en moque, elle qui n’y a jamais cru.
Allégeance : PHOENIX au fond de l’âme, on se prétend reptile le temps d’un sourire. Mais c’est un être rebelle qui ment, un être rebelle qui attend.
Particularité : REVENANTE, c’est la mort que l’âme connait plus que tout. Cette mort vide qui a fait disparaitre la foi.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
Isabel Álvarez



Isabel Álvarez
the ghosts that we knew
the ghosts that we knew


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: ISABEL - fighting for another's life.   Lun 27 Nov - 14:13

isabel bianca peña álvarez
for nothing is as powerful as the love of a mother for her child

Carte d'identité

Nom : Vient le nom de la mère, figure lointaine dont les oreilles ont oublié le son de la voix. Álvarez que le monde ne sait prononcer. Álvarez que le monde ne sait connaitre. Álvarez que le monde ignore. Peña le précède. Le nom du père, homme disparu, homme violent, homme perdu. Un nom que les lèvres ne prononcent pas.

Prénom :  Isabella a voulu la mère. Isabel a choisi le père. Izzie a gardé l’enfant. Parce que l’enfant ne s’est pas considérée belle. Parce que l’enfant ne s’est pas considérée reine. Parce que l’enfant ne s’est vu qu’ainsi, une enfant. Petite fille a l’esprit d’ivoire, Bianca qui a grandi bien trop vite.

Date et lieu de naissance : C’est au sein de la métropole qu’est Medellín que l’enfant a vu le jour. Le doux matin du 30 avril 1968. La fille l’a vite quittée, la métropole. C’est vers la campagne qu’elle a disparu.

Nature du sang : On le dit impur. On le dit honteux. A quoi bon s’en soucier, a quoi bon y penser, l’entourage s’en moque. Non. L’entourage se moque. Rires silencieux au sein d’une société que l’on ne connait pas. Regards lourds au sein d’une société que l’on ne comprend pas. Sang de bourbe d’un autre monde, sang de bourbe d’un autre temps, sang de bourge d’une autre vie.

Statut civil : L’amour est inconnu, mythe lointain de ceux pour qui la vie est facile et sans danger. La mère n’a jamais aimé le père. La mère n’a jamais eu le temps de partir à la recherche de ce que tant désirent. Seule au milieu du monde, seule au milieu du temps. La mort au sein du cœur, la mort au sein de l’âme.

Profession : Il y a un temps pendant lequel l’esprit a rêvé de protéger les créatures magiques. Poussé par l’éducation, c’est un désir d’en apprendre plus encore sur le monde qui s’est fait écrasé par un conflit sans pareille. La belle est devenue soldat. La belle s’est battue, la belle a gravis les échelons. Et puis la belle a fui. Le soldat est devenu mère, la mère se doit de protéger l’enfant.  Le corps devient monnaie, personne ne veut d’un soldat dans un monde en paix. Puis le soldat connait la mort. La belle renait. Le corps reprend service. Le faux sourire aux bras des grands. L’oiseau aux bras des serpents.

Particularité : C’est la mort dont le corps se souvient, la mort qui a laissé sa marque. Disparues, la plupart le sont, et pourtant. Pourtant c’est avec grands détails que l’esprit se prend à cauchemarder, à se souvenir. La revenante se souvient de sa mort. La morte se souvient de son néant.
Le néant a anéanti le vivant. Le vivant magique. Le vivant doué. Le vivant sans pareille. Le vivant qui, un jour, a pris une forme animale. Le geai s’est pris à voler joyeusement. Le geai ne vole plus. Le geai ne volera plus jamais. La sorcière est revenue. L’animagus est mort.  

Ancienne maison/école : Loin, si loin. Au sein d’un monde différent, dans un temps différent. C’est à Castelobruxo que la magie s’est faite apprendre, au sein d’un palais dissimulé dans une forêt sa pareille. On dit que le chapeau aurait déposé l’esprit chez Poufsouffle, et cela est peut-être le cas. Mais l’esprit s’en moque. L’esprit se sait étranger.

Patronus : C’est sans difficulté que la fumée bleue s’est de nombreuses fois échappée d’une baguette puissante. Le petit oiseau s’est pris à battre des ailes joyeusement, à flotter avec douceur aux côtés du soldat, aux côtés de la mère. Mais l’oiseau ne vole plus. Mais l’oiseau ne sera plus jamais. La magie s’échappe. Les souvenirs se perdent.

Epouvantard : Au regard étranger, l’épouvantard a changé, s’est éloigné de ce qu’il a un jour été. Mais la peur sait qu’il est identique, que tout est stable au sein du monde. Plusieurs années plus tôt, c’est la figure d’un enfant en pleurs qui se dessine, un enfant qui se meurt. Désormais, c’est un homme qui se dessine, les sourcils froncés, le corps sanglant. Le fils et la mort, voilà ce dont la revenante a peur.

Baguette Magique : Le bois d’Acacia n’a jamais été facile à manier, mais la magie de la morte a un jour été assez puissante pour en être son maitre. En son cœur, un poil de griffon a accompagné l’apprentissage de la métamorphose, de l’animagus perdu. Les 27 centimètres ont toujours été précis. La baguette a toujours été chérie. La mort l’a perdue. L’enfant l’a retrouvé. Le fils l’a redonnée.

Je jure solennellement de faire usage du sortilège

Lumos

Questions générales

Que pensez vous des revenants ?
C’est aller contre les règles du monde de revenir d’entre les morts. C’est aller contre les lois du seigneur que de s’échapper de son antre. Telle a longtemps été la vue d’Isabel, la vue de celle qui a si longtemps vécu sous le regard attentif d’un Dieu en qui elle a confiance. En qui elle avait confiance. Elle est morte, Isabel. Elle est revenue, Isabel. Après un court instant au sein d’un néant sans pareil. Une part de son être se hait pour cela. Elle se hait parce que tout ce qu’elle connait va à l’encontre de ce qu’elle pensait connaitre. Une part de son être se noie dans une joie délicate. Une seconde chance, l’opportunité de réparer ses erreurs. Qui donc prétend pouvoir la priver de sa seconde chance ? Qui donc prétend pouvoir se mettre sur le chemin de tous ces morts revenus à la vie ? Depuis son retour, elle vit plus pleinement que certains de ceux qui n’ont jamais connu la mort. La revenante revit, mais par-dessus tout, la revenante ne craint plus la fin. Là est peut-être ce qui fait d’elle un danger.

Que pensez-vous du régime de Voldemort ?
C’est le dégoût qui se réveille dans le fond du cœur. C’est le dégoût qui suinte des plaies de l’âme. Elle a tué pour se protéger d’un sorcier comme celui-ci, Isabel. Elle a tué l’écho des serpents avant même qu’ils ne se découvrent comme tels. Le régime la dégoûte parce que le régime ne veut pas d’elle. Le régime la dégoûte parce qu’elle se sent projetée au sein d’un autre conflit dont elle ne voulait pas. Pire encore, le régime la dégoûte parce qu’elle prétend l’apprécier. Au bras des serpents, on se doit de faire les éloges du maitre. Au sein du lit d’un mangemort, on se doit d’admirer la marque.

Que pensez-vous des rumeurs concernant le renouveau de l'Ordre ?
C’est l’enfant qui a mené la mère jusqu’à la rébellion. Elle qui a donné sa vie pour éloigner le fils des combats, sa mort n’a fait que l’y propulser avec une précision délicate. Loin est le temps des rumeurs. L’Ordre hurle à son oreille. L’oiseau d’hier est le phoenix de demain. Elle ne peut résister à la guerre, Isabel. Elle ne veut pas du conflit, certes. Mais peut-être en a-t-elle besoin. Peut-être est-ce devenu une part de son être. Elle ne sait pas. Mais l’ordre lui réapprend la vie. L’ordre lui réapprend la magie. Alors elle l’aide. Elle aide la rébellion grâce à ses mots qui étaient si rares de son vivant. En Colombie, elle laissait ses ennemis se vider de leur sang. En Angleterre, elle laisse ses ennemis murmurer leurs secrets à son oreille.


Le moldu derrière l'écran

Pseudo/prénom : scarred euphoria/Thaïs

Âge : assez pour boire du vin aux quatre coins du monde ISABEL - fighting for another's life. 462209679

Pays : Scotland, encore soz pour la peinance de mes accents xoxo

Fréquence de connexion  : all day everyday (ou du moins quand mon internet me reviendra)

Avatar : Eiza Gonzalez

Où avez-vous connu le forum ? :   ISABEL - fighting for another's life. 3012312062

Le mot de la fin : Rhododendron ISABEL - fighting for another's life. 1782674878 

Crédits : lux aeterna (avatar) various tumblr (gifs)

_________________


Dernière édition par Isabel Álvarez le Lun 4 Déc - 14:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t418-isabel-fighting-for-ano
Messages : 179
Gallions : 72
Avatar : Eiza Gonzalez
ISABEL - fighting for another's life. Tumblr_nzbikcjnDL1udr5nho5_250
Âge : 32 ANS, nombreuses sont les années qui se sont perdues. La trentaine à l’âme, la soixantaine au fond du cœur, la mort a changé la donne. (30.04.1928)
Sang : NÉ MOLDUE, la sang de bourbe se prétend sang souillé avec un sourire joueur. Ses origines découvertes signeront la fin de la vie comme elle la connait.
Profession : ESCORT, c’est au bras de sorciers influents que la beauté se pavane, le sourire aux lèvres, le jeu au fond du cœur. Mensonge au sein du monde, mensonge au sein des lits. L’oiseau est un ESPION au sein des serpents.
Situation civile : Le cœur n’a jamais eu le temps d’aimer, alors la femme est SEULE au milieu du monde. Elle s’en moque, elle qui n’y a jamais cru.
Allégeance : PHOENIX au fond de l’âme, on se prétend reptile le temps d’un sourire. Mais c’est un être rebelle qui ment, un être rebelle qui attend.
Particularité : REVENANTE, c’est la mort que l’âme connait plus que tout. Cette mort vide qui a fait disparaitre la foi.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
Isabel Álvarez



Isabel Álvarez
the ghosts that we knew
the ghosts that we knew


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: Re: ISABEL - fighting for another's life.   Lun 27 Nov - 14:13

Cistem Aperio
death within the soul, there lies the doubt, there lies the pain, there lies the love



La violencia - 1949

« ISABEL ! » Le hurlement est une plainte, douloureuse, sanglante. Son sang aurait pu se glacer. Son sang aurait dû se glacer. Mais cela fait des mois qu’elle entend de tels cris, Isabel, des mois qu’elle court aux côtés de la mort, main dans la main. Ainsi, ce n’est qu’une fine lame qui coule le long de son visage avant qu’elle ne transplane. Fine larme qui ne floute pas sa vision. Fine larme qui lui permet de voir le corps de sa partenaire s’élever dans les airs. La crucifixion. Le sang. La douleur. La mort.

« Cecilia ? » Elle fait non de la tête, tandis que sa main dessine une croix au niveau de son torse. Son Dieu se fait silencieux, perdu au sein de la violence, ce qui ne l’empêche pas de l’attendre. Elle se déplace au travers du village avec agilité, la née moldue. Autour d’elle, les rires d’enfants se heurtent aux piles de cadavres desquels le sang continue de s’échapper. Le monde, à son image, s’est accoutumé à la violence. Rares sont les choses qui surprennent les sorciers pour qui le conflit a déjà trop duré. Sorciers qui, dit-on, sont à l’origine des batailles qui se réveillent au sein de la campagne sans magie. Peu leur importe, le monde moldu semble être à des kilomètres, si différent, si lointain. Elle-même l’ignore, elle qui y a pourtant grandi. Mais son esprit ne peut y penser, sa propre violence l’attend.

« Prête ? » A peine rentrée, elle est de nouveau prête. Aux côtés d’autres, c’est jusqu’à un autre village qu’ils s’éloignent. À première vue, rien ne différencie le second village du premier. Les rires d’enfants, les cadavres sanglants, tout semble similaire. Pourtant. Pourtant les habitants suintent la richesse. Pourtant les habitants hurlent le pouvoir. L’église est pleine, remplie de sorciers et de sorcières qui, comme Isabel, se laissent porter par leur foi aveugle en un Seigneur qui ne se fait pas connaitre. Un Seigneur qui, dit-on, appelle à la violence. Les preuves ne sont pas. Les preuves importent peu. Seule la croyance soulève le cœur du monde. Seule la croyance appelle à la violence.

« Amen. » La prière finit à peine qu’ils entrent en action. C’est elle qui s’approche du prêtre. C’est elle qui laisse son sang couler. C’est elle qui le traine autour du village en flammes. Elle, la fille de Dieu. Elle, la militante qui dit se battre pour un meilleur monde.

« Isabel ? » Adossée contre le mur d’une maisonnée en ruine, elle halète. D’un mouvement de main, elle essuie le vomi qui coule encore de ses lèvres. Un moment durant, le monde tourne. Un moment durant, elle se sent faiblir. Puis le moment passe. Puis elle l’ignore. Elle l’ignore parce qu’elle ne veut pas y penser, elle ne veut pas penser à ce qu’il peut signifier. Le corps perd sa forme humaine. Lentement, le geai bat des ailes fatiguées.

La Ira - 1952

La rage violente son cœur. La rage laisse des larmes couler le long de son visage. Larmes que l’enfant caresse avec confusion. Assit sur les genoux de sa mère, le petit garçon sourit. Un sourire qui parvient malgré tout à faire naitre une expression jumelle sur le visage d’Isabel. « Il est temps d’aller dormir, Felipe » Ses bras potelés entourent le cou de la sorcière, tandis que son visage se pose sur sa poitrine. Il pleur un long moment, décidé à ne pas se séparer de sa mère. Mais la fatigue finit par prendre le dessus. Il se laisse porter par un sommeil sans rêve, seul moyen que l’esprit a trouvé afin de parvenir à rester endormi.

La rage suinte. « Calme-toi, Isabel. » « Que je me calme ? QUE JE ME CALME ?! » Les larmes coulent. « Qu’est-ce que je suis censée faire ? » « Bats-toi. Bats-toi comme tu t’es battue. » « Les choses ont changé, tu le sais. » « Elles n'ont pas changé tant que cela. » Elle rit, la militante. Elle se laisse tomber sur une chaise, la mère. « Je peux plus ne penser qu’a moi désormais. » Le silence murmure. « Qu’est-ce que le ministère a dit ? » « Que les États-Unis ne voulaient pas de sorciers impliqué dans La Violencia. » « Felipe n’est pas parvenu à les faire changer d’avis ? » Le rire est moqueur. Le rire est cynique. « Ils ont demandé après le père. »

Les jours passent. Le sang coule. « Il parait que tu essaies de quitter le pays ? » Le regard d’Isabel rencontre celui d’une inconnue à l’accent étranger. Elle hoche la tête. « Juste pour toi, ou toi et le gosse ? » Elle se tient droite, la militante, prête à se défendre, prête à protéger l’enfant qui se trouve dans la pièce adjacente. « Woa, t’inquiète, j’en veux pas à mal. » « Pour deux. » L’étrangère s’approche, ses mots désormais murmurés, secrets. « Je peux arranger un passage jusqu’au Royaume-Uni. » Espoir. « Mais cela risque de te couter. » Méfiance. La mère fait un pas en arrière. « Je n’ai pas d’argent. Regarde autour de toi, personne ici n’en a. » « Je n’ai pas besoin d’argent. » Ses sourcils se froncent, confus. « Quoi alors ? » « Tu es une combattante, n’est-ce pas ? » « J’étais. » L’inconnue rit. « Rend moi service, ici et là. Bats-toi comme tu sais si bien te battre. » « Pendant combien de temps ? » « Aussi longtemps que nécessaire. » La Colombienne rit. « Qu’est-ce qui t’empêches de m'utiliser sans rien ne m'offrir en retour ? »

Le serment est fait. Leur sort est scellé.
Isabel se bat. Isabel tue. Isabel blesse. Isabel attend.

LA PROMESA - 1959

Les larmes coulent. Nombreuses, le flot semble infini. Elles caressent un visage qui ne peut les retenir. Un visage qui ne comprend pas. Un visage qui ne comprendra surement jamais. « Porque ? » Seul mot qui s’échappe d’entre de fines lèvres tristes. Pourquoi. Pourquoi devait-elle partir ? Pourquoi devait-elle partir seule ? Pourquoi devait-elle le laisser en arrière ? Elle ne sait pas. Elle en doute elle-même. La mère doute du monde. La mère doute de la vie. Elle doute de la vie sans celui qui est devenu sa raison d’être, celui pour qui elle se bat. Elle s’est toujours battue, Isabel. C’est ainsi qu’elle a vécu sa vie, c’est ainsi qu’elle la finira. Mais pour la première fois, elle a trouvé une raison, un quelque chose qui la pousse plus loin qu’elle n’a jamais pensé pouvoir aller. Ce petit visage enfantin qui ressemble de plus en plus à un père qu’il n’a jamais connu, qu’il ne connaitra jamais. Mais le fils se moque du père. Le fils ne désire que la mère. C’est la mère qu’il aime. La mère qu’il admire. La mère à qui il obéit. La mère qu’il ne veut pas voir partir.

Les larmes coulent. Une à une, délicates. Elles sont délicates les larmes de la mère. Elles sont délicates parce qu’elles ne veulent pas ajouter à celles du fils. Mais le cœur se brise. Chaque question, chaque demande de l’enfant n’est qu’une lame qui s’y enfonce un peu plus chaque fois. Elle ne veut pas le laisser, Isabel. Elle ne veut pas le laisser mais elle sait qu’elle n’a pas le choix. Le monde demande à voir son père. Le monde demande à voir un homme afin d’attester que l’enfant est le sien. Le père est inconnu, mirage lointain que personne ne désire connaitre. Il est inconnu, alors les frontières ne veulent pas de l’enfant. Elle a trouvé un moyen, la militante. Un chemin silencieux au sein duquel personne ne pourra le trouver. Un moyen de lui faire rejoindre le pays sain et sauf. Mais elle se doit d’y aller seule. Seule au sien d’un nouveau monde. Seule au sein d’un monde loin de la guerre qui ravage le sien. La douleur d’aujourd’hui pour l’espoir de demain.

« Felipe… » Le murmure est délicat. Le murmure calme l’enfant un instant. Accroupie, la mère prend le fils dans ses bras. « Patience… Souviens-toi, règle numéro quatre… » « La patience comme seule vertu. » Elle rit de ce rire triste, celui qui tente de dissimuler la douleur au fond du regard, la douleur au fond de l’âme. Le petit resserre son étreinte ; la grande caresse les cheveux. « Mamá ? » « Sí ? » Le silence les enveloppe un moment. Silence profond qui annonce le monde. C’est le silence de ceux qui ne savent pas comment expliquer ce qui s’enroule autour de leur cœur. C’est ainsi qu’est l’enfant. Enfin, il se défait de l’emprise de sa mère. « Règle numéro neuf. » Nouvelle règle. « Le retour comme seule promesse. » Elle sourit, Isabel. Sa fine main s’empare de sa baguette. Deux morceaux de papier prennent place entre la famille. Ce sont des lettres dorées qui y prennent place, échos des mots du fils. Une règle pour Felipe. Une règle pour Isabel.

Elle n’a jamais promis d’autre, Isabel.
Le retour comme seule promesse.

La Muerte - 1960

Londres se dessine différente. Étrange cité pour celle dont la vie n’a jamais été que la campagne. Étrange monde pour celle dont la langue est inconnue. Elle apprend vite, Isabel. Elle apprend vite parce qu’elle se bat pour la survie d’un autre. Elle apprend vite parce qu’elle se bat pour le futur d’un autre. Encore récent, le tatouage sombre qui habite sa main droite la fait sourire. Regla nueve. Prête à honorer la promesse, elle travaille sans relâche. C’est elle qui verse l’alcool, c’est elle qui le fait couler avec précision jusque dans les verres d’autrui. Le Chaudron Baveur lui a offert une place dans son enceinte, place qu’elle a acceptée immédiatement. À peine assez d’argent pour survivre, elle en garde la plupart pour Felipe. Pour son voyage. Pour son arrivée. Il entrera bientôt à Castelobruxo, le fils. Prêt à suivre les traces de sa mère, loin des conflits, loin de la guerre. Alors qu’elle se déplace au sein des allées sombres, c’est toujours vers lui que son esprit se perd. Peut-être l’esprit se perd-il trop. Peut-être se doit-il de se concentrer sur le présent. Mais l’esprit vagabonde, se noie dans un espoir lointain. L’esprit vagabonde, alors le corps tombe. L’esprit vagabonde, alors le monde disparait.

« DESPIERTA ! » Elle respire. Mais elle ne respire pas. Ses poumons hurlent. Ses poumons toussent. Le corps saigne. Le sol est froid. Douleur. Le monde vacille. Rires. Incompréhension. « Bonjour ma belle. » Voix lointaine. Voix proche. Qui sait ? Elle ne sait pas. Rires. Encore. Elle ne comprend toujours pas. Respire. Elle le sait. Respirer. Elle y parvient à peine. « On fait moins sa maline, hein ? » Espagnol. Colombie. L’espagnol au sein de l’anglais. Pourquoi. Magie. La magie relève le visage. La magie tire sur les cheveux. « Tu nous connais surement pas. » Vision floue. Elle ne voit pas. « Mais on te connait, nous. » Rires. Toujours. Fuite. Elle doit fuir. Le corps ne bouge pas. Le corps ne peut pas bouger. L’oiseau ne vient pas. Le geai est trop faible. La magie est trop faible. Sa magie. Leur magie ne l’est pas. Leur magie s’empare du corps. Le corps flotte. La voix hurle. Douleur. « Tu pensais pouvoir échapper à la violencia ? » Les bras perpendiculaires au torse. Le sang qui coule. Le sang qui goutte. « Dieu ne voudra jamais de toi, asesino. » Meurtrière. Larmes. Non. La promesse. « La promesa… » Murmure. Rires. À jamais.

Elle se meurt, Isabel.
Elle se meurt comme elle a si souvent tué.

la renovación - april 1995

Respire.
Elle respire, Isabel.
Elle revit, Isabel.

Les paupières s’ouvrent. Elle est seule. Un rayon solaire vient caresser son visage. Elle ne comprend pas. Le chant d’un oiseau se fait entendre. Geai. Son geai. Un geai inconnu. Le corps est douloureux. Une douleur délicate. Une douleur si différente de celle qu’elle a ressentie quelques instants plus tôt. Ses doigts parcourent sa peau. Les blessures sont introuvables. Le sang n’est plus. Elle ne comprend pas. Lentement, elle se redresse. Debout, elle vacille un moment. Le monde se calme enfin. Enfin, elle fait quelques pas vers la porte. Une fois dehors, c’est la lumière qui l’attaque désormais. L’astre se pose fier au sein d’un ciel clair. Aussi loin qu’elle puisse le voir, la vaste campagne murmure. Elle ne peut rester là. Ils pourraient revenir. Elle attend. Elle attend, mais rien ne se passe. Elle attend, mais son corps reste le même. Elle attend, mais le geai ne vient pas. Fatiguée, surement. Elle attend. Elle attend, mais rien ne se passe. Elle attend, mais son monde ne change pas. Elle attend, mais elle ne transplane pas. Fatiguée, surement. Alors elle s’avance, Isabel. Un pas à la fois. Aveugle à la lumière. Aveugle au monde dans lequel elle est revenue. Elle ne sait pas. Elle ne sait rien. Peut-être ne veut-elle rien savoir.

Elle apprend. Les jours passent. Les semaines passent. Elle apprend. Revenante. Sans magie. Trente-cinq ans. Une part de son esprit se prend à penser au fils. Une part de son esprit se prend à penser à la tristesse. Et puis l’esprit l’ignore. Il l’ignore parce qu’il ne veut pas être triste, parce qu’il ne veut pas y penser. À quoi bon penser à ce passé lointain ? Elle se découvre joyeuse, Isabel. Joyeuse parce que la mort se fiche du monde. Joyeuse parce que la mort se fiche d’autrui. Joyeuse parce que la mort ne pense qu’a soit. Joyeuse parce qu’elle s’interdit le reste. Joyeuse parce que la colère et la rage s’y prêtent. Joyeuse parce qu’il s’agit d’un masque qui plait.

Une bouteille s’écrase au sol. Elle l’ignore. « Pas d’expérience ? Comment vous expliquez que j’ai déjà bossé ici ? » Le Chaudron Baveur se doit de lui offrir un nouveau travail. Elle se doit de gagner sa vie. « Mamá ? » « Écoutez madame, sans preuve que… » Les mots du manager se perdent. Elle n’écoute plus. Elle n’écoute pas. Lentement, elle se retourne. « Mamá, eres tu ? » Le cœur de la morte bat une fois. Le masque se brise, éclats de verres qui lacèrent sa peau. Les mots se perdent. Il est l’image du père. Trente-cinq ans. Trente-cinq années. Trente-cinq longues années. Sa vision se floute. Les larmes coulent. Il sourit. Il fait un pas vers elle. Elle fait un pas en arrière. Non. Non. Ou est sa joie ? Pourquoi a-t-elle disparue ? Joyeuse parce qu’elle s’interdit le reste. Elle fait volte-face. Fuir. Il la suit. « Mamá ! » Elle court. Il court. Elle est rapide, la morte. Elle est rapide parce que son corps est tout ce qui lui reste. Elle est rapide parce que sa magie ne peut l’être. Mais il n’est que magie, l’enfant. Mais il n’est que magie, le fils. Le craquement résonne au sein des allées. Elle se heurte à lui. Elle se heurte à son torse. Des lors que son odeur enivre son âme, elle s’effondre. Les sanglots de l’enfant font écho aux sanglots de la mère.

Le fils pleure parce qu’il a retrouvé Isabel. Il pleure parce que ses rêves sont devenus réalité. Il pleure parce qu’enfin, sa vie vaut le coup d’être vécue.
La mère pleure parce que son masque s’est brisé. La mère pleure parce que Felipe n’est que l’image de son échec. La mère pleure parce que la mort n’est plus.

las lágrimas - november 1995

« J’ai vraiment l’impression que t’essaies pas. » Elle lève les yeux au ciel, Isabel. Fatigue. Voilà tout ce qu’elle ressent. La fatigue de la morte qui ne dort pas. Quelque part dans le fond de son cœur, elle sait qu’il fait tout pour elle. Elle le sait parce que, à de rares occasions, elle sent son cœur battre. Une fois. Deux. Deux battements pour l’enfant. Deux battements pour le fils. Deux battements pour la vie. Mais les battements amènent les larmes. Et elle ne veut plus pleurer, Isabel. Jamais. Alors elle continue. Elle continue de rire de ce rire faux. Elle continue de sourire de ce sourire dessiné. Elle dessine sa joie parce que c’est cela que le monde veut voir. Elle dessine sa joie parce que c’est ainsi qu’elle vit le mieux. « J’ai vraiment l’impression que je ne suis pas là pour apprendre à manier ma magie. » Plus vieux qu’elle, peut-être, mais il y a cette même lueur d’admiration dans les yeux du fils. Une admiration qu’elle ne comprend pas. Une admiration qu’elle ne supporte pas. Il connait la violencia. Elle l’a abandonnée toutes ces années durant. Et pourtant. Pourtant il continue de l’admirer. « C’est mal pour un gamin de vouloir connaitre sa mère ? » Elle évite son regard. Il soupire. « Il faut que j’y aille. » « Mamá ? » Elle frissonne. « Isabel. » « Isabel, » répète le fils, le regard triste. Elle refuse de l’observer. « Règle numéro quarante-cinq. » Le cœur bat. Trois fois. La vision se floute. Les larmes coulent. « Une heure pour la famille, jour après jour. » Silence. « Ce n’est pas à ça qu’une règle ressemble. » Il rit légèrement. « Après quarante-cinq ans, j’suis à cours de tournures poétique. » Du coin de son regard, elle l’observe. Les morceaux de papier flottent. Les lettres dorées y prennent place. « Une règle pour Felipe. Une règle pour Isabel. » Le parchemin vole jusqu’à elle. Elle l’ignore. Elle s’éloigne.

« Il est l’heure, ma chère. » Le serpent pose sa main dans le bas de son dos. Vêtue d’une robe délicate, la joie au visage, la morte semble revivre. On se dit sang souillé, jamais sang de bourbe. Mais même souillé, cela importe peu. Cela importe peur parce que la beauté règne, parce que la joie rayonne. Elle est belle, Isabel. Alors elle se fait belle aux bras d’autrui. L’influence cherche la perfection, l’influence paie pour cela. La morte se dit supporter le régime. L’oiseau se dit supporter le serpent. Oreille attentive au sein d’un monde qui n’est pas le sien, son accent étranger en poussent a trop parler. On la pense délicate parce qu’elle se prétend délicate. Mais le geai est devenu phoenix. Et le phoenix se prépare. Elle sait fuir, Isabel. Elle sait fuir parce que ne pas en être capable a causé sa perte. Sa fuite est précise, travaillée. La fuite des soirées de la haute est aisée. Une caresse, un murmure à l’oreille du cavalier. La fuite du cavalier se complique. Heureusement, l’agence prend soin de ses employées. Un portoloin au sein d’un bijou. Un portoloin pour disparaitre. Mais la fuite n’a jamais été nécessaire. Les sorciers paient pour Isabel. Les sorciers prennent soin d’Isabel. « Promets-moi de me retrouver, » susurre le cavalier. « Si la paie est bonne, » rit la morte.

La maisonnée est silencieuse. De retour à la campagne, la richesse de ses clients ont fait de la maison son paradis. Elle quitte sa robe, la laissant recouvrir le sol comme le reste de ses possessions. La magie ne peut empêcher le bazar. Le bazar devient la magie. Un morceau de parchemin attire son attention. Là, sur la table de la salle à manger. Là, sur lequel sont apposées des lettres dorées. Regla número cuarenta y cinco : Una hora para la familia, día tras día. Le cœur bat. Les larmes coulent. La mère s’écroule.


_________________


Dernière édition par Isabel Álvarez le Jeu 30 Nov - 19:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t418-isabel-fighting-for-ano
Messages : 248
Gallions : 125
Avatar : Natalie Dormer
ISABEL - fighting for another's life. CKieOi1
Âge : 33 ans.
Sang : Sang-de-bourbe.
Profession : Potionniste d'une minuscule boutique de l'Allée des Embrumes.
Situation civile : Une dénommée Delia a éveillé un feu difficile à éteindre.
Allégeance : Neutre. Elle méprise la rébellion.
Particularité : Aucune.

Inventaire
Disponibilité: Non
Dés de compétence:
Saga Merrick



Saga Merrick
imperio - sorcier
imperio - sorcier


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: Re: ISABEL - fighting for another's life.   Lun 27 Nov - 14:47

Bienvenuuuuuue ISABEL - fighting for another's life. 462209679
C'est un personnage intéressant que voilà, et une comparse née-moldue en plus - c'est super, il en manque ISABEL - fighting for another's life. 582719158
Eiza est tellement belle ISABEL - fighting for another's life. 2712938207
Bon courage pour finir cette fichette, et j'espère que tu te plairas parmi nous ISABEL - fighting for another's life. 3104475824
Edit : damn, j'avais pas vu que c'était toi, dediou ISABEL - fighting for another's life. 3659609722 et ben pas bienvenue hein, mais t'es bonne quand même ISABEL - fighting for another's life. 1333644682

_________________
It's clear you think that I'm inferior. Whatever helps you sleep at night, Whatever helps you keep it tight. Tell me to prove, expect me to lose. - Broods


Dernière édition par Saga Merrick le Lun 27 Nov - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t134-cold-sheets-saga#364
Messages : 2224
Gallions : 704
Avatar : Phoebe Tonkin
ISABEL - fighting for another's life. Tumblr_p7hu4xFJzm1ug9vaqo8_400
Âge : VINGT TOIS ANS, le temps s'est arrêté pendant cinq ans pour Maebh. Portrait fantomatique d'un souvenir.
Sang : PUR, ichor royal qui ouvre les portes et sucre le monde. Gouttes cristallines qu'elle ne peut s'imaginer souiller.
Profession : SANS EMPLOI, toutes ses heures consacrées à tenter de voir revenir le contrôle de sa magie. Jour après jour, l'échec est aussi cuisant que la rancoeur.
Situation civile : SOLITUDE d'une illusion que tous regardent de loin sans toucher. Dans ses souvenirs, Maebh est encore mariée à l'amour de sa vie.
Allégeance : VOLDEMORT, c'est bien la seule chose que la mort n'a pas réussi à changer.
Particularité : REVENANTE, ni vraiment morte ni tout à fait vivante à nouveau.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
Maebh Rosier



Maebh Rosier
knockin' on heaven's door
knockin' on heaven's door


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: Re: ISABEL - fighting for another's life.   Lun 27 Nov - 17:09

VOUS DE RETOUR ICI ISABEL - fighting for another's life. 462209679

T'es bg comme ça aussi, bienvenue chez les morts ISABEL - fighting for another's life. 1082682376

_________________
SHE'S RAISED
ON THE EDGE OF THE DEVIL'S BACKBONE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t48-you-built-your-crown-wit
Messages : 179
Gallions : 72
Avatar : Eiza Gonzalez
ISABEL - fighting for another's life. Tumblr_nzbikcjnDL1udr5nho5_250
Âge : 32 ANS, nombreuses sont les années qui se sont perdues. La trentaine à l’âme, la soixantaine au fond du cœur, la mort a changé la donne. (30.04.1928)
Sang : NÉ MOLDUE, la sang de bourbe se prétend sang souillé avec un sourire joueur. Ses origines découvertes signeront la fin de la vie comme elle la connait.
Profession : ESCORT, c’est au bras de sorciers influents que la beauté se pavane, le sourire aux lèvres, le jeu au fond du cœur. Mensonge au sein du monde, mensonge au sein des lits. L’oiseau est un ESPION au sein des serpents.
Situation civile : Le cœur n’a jamais eu le temps d’aimer, alors la femme est SEULE au milieu du monde. Elle s’en moque, elle qui n’y a jamais cru.
Allégeance : PHOENIX au fond de l’âme, on se prétend reptile le temps d’un sourire. Mais c’est un être rebelle qui ment, un être rebelle qui attend.
Particularité : REVENANTE, c’est la mort que l’âme connait plus que tout. Cette mort vide qui a fait disparaitre la foi.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
Isabel Álvarez



Isabel Álvarez
the ghosts that we knew
the ghosts that we knew


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: Re: ISABEL - fighting for another's life.   Mar 28 Nov - 12:29

@Saga Merrick ISABEL - fighting for another's life. 2330338179 J'avais pas la foi de le dire cash ISABEL - fighting for another's life. 2330338179
Merci beybey, t'es bonne aussi, on se trouvera un lien de bonnasses ISABEL - fighting for another's life. 462209679

@Maebh Rosier J'apprécie le service ISABEL - fighting for another's life. 2803104752

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t418-isabel-fighting-for-ano
Messages : 2224
Gallions : 704
Avatar : Phoebe Tonkin
ISABEL - fighting for another's life. Tumblr_p7hu4xFJzm1ug9vaqo8_400
Âge : VINGT TOIS ANS, le temps s'est arrêté pendant cinq ans pour Maebh. Portrait fantomatique d'un souvenir.
Sang : PUR, ichor royal qui ouvre les portes et sucre le monde. Gouttes cristallines qu'elle ne peut s'imaginer souiller.
Profession : SANS EMPLOI, toutes ses heures consacrées à tenter de voir revenir le contrôle de sa magie. Jour après jour, l'échec est aussi cuisant que la rancoeur.
Situation civile : SOLITUDE d'une illusion que tous regardent de loin sans toucher. Dans ses souvenirs, Maebh est encore mariée à l'amour de sa vie.
Allégeance : VOLDEMORT, c'est bien la seule chose que la mort n'a pas réussi à changer.
Particularité : REVENANTE, ni vraiment morte ni tout à fait vivante à nouveau.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
Maebh Rosier



Maebh Rosier
knockin' on heaven's door
knockin' on heaven's door


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: Re: ISABEL - fighting for another's life.   Lun 4 Déc - 20:46

Félicitations !
Bienvenu.e sur CM !


Ce qu'on a pensé de ta fiche
Isabel est une vraie bg mamamia ISABEL - fighting for another's life. 2916211935 Non mais en vrai la fiche est fab, le personnage envoie du lourd - je l'aime déjà Isabel ISABEL - fighting for another's life. 4002819895 Trop de feels avec Felipe ISABEL - fighting for another's life. 2732708772
Et maintenant ?
Maintenant que ton personnage est officiellement validé, il ne te reste plus que quelques petites étapes avant de pouvoir commencer le jeu sur le forum ! Tout d'abord, il faut venir recenser ton personnage dans les registres (+). Tu peux également ensuite créer ta fiche de liens afin de pouvoir trouver toutes sortes de relations toutes plus dingues les unes que les autres à ton personnage (+).

Une fois que tu commence à RP, n'oublie pas recenser ton premier RP de chaque mois (+). Au fil de ton temps sur le forum, n'oublie pas de garder en tête le système de points (+) qui te permettra d'obtenir des récompenses et d'offrir un avantage à ton camp.

Si tu fondes l'une des familles de sang-purs libres à la création il est obligatoire de créer ta fiche de famille (+). Tu peux également le faire si tu désires fonder ta propre famille de sang-mêlé, mais cette étape n'est obligatoire que dans le cas des 5 familles de sang-pur dont l'histoire est laissée libre.

Quelques petites étapes toutes simples donc ! Et la dernière, la plus importante de toutes : HAVE FUN.

_________________
SHE'S RAISED
ON THE EDGE OF THE DEVIL'S BACKBONE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t48-you-built-your-crown-wit
Messages : 179
Gallions : 72
Avatar : Eiza Gonzalez
ISABEL - fighting for another's life. Tumblr_nzbikcjnDL1udr5nho5_250
Âge : 32 ANS, nombreuses sont les années qui se sont perdues. La trentaine à l’âme, la soixantaine au fond du cœur, la mort a changé la donne. (30.04.1928)
Sang : NÉ MOLDUE, la sang de bourbe se prétend sang souillé avec un sourire joueur. Ses origines découvertes signeront la fin de la vie comme elle la connait.
Profession : ESCORT, c’est au bras de sorciers influents que la beauté se pavane, le sourire aux lèvres, le jeu au fond du cœur. Mensonge au sein du monde, mensonge au sein des lits. L’oiseau est un ESPION au sein des serpents.
Situation civile : Le cœur n’a jamais eu le temps d’aimer, alors la femme est SEULE au milieu du monde. Elle s’en moque, elle qui n’y a jamais cru.
Allégeance : PHOENIX au fond de l’âme, on se prétend reptile le temps d’un sourire. Mais c’est un être rebelle qui ment, un être rebelle qui attend.
Particularité : REVENANTE, c’est la mort que l’âme connait plus que tout. Cette mort vide qui a fait disparaitre la foi.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
Isabel Álvarez



Isabel Álvarez
the ghosts that we knew
the ghosts that we knew


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: Re: ISABEL - fighting for another's life.   Lun 4 Déc - 21:03

aw why thank you beybey ISABEL - fighting for another's life. 2732708772 ISABEL - fighting for another's life. 2732708772 ISABEL - fighting for another's life. 2732708772

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t418-isabel-fighting-for-ano



Contenu sponsorisé


ISABEL - fighting for another's life. Empty
Message
Sujet: Re: ISABEL - fighting for another's life.   

Revenir en haut Aller en bas
 
ISABEL - fighting for another's life.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Life in UCLA
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» THE IRISH WAY OF LIFE.
» It's a new dawn, it's a new day, it's a new life... [Gin]
» [Seinen] No Game No Life !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CISTEM APERIO :: Fiches terminées-
Sauter vers: