daily prophet

La Coupe de Quidditch britanique touche à sa fin. Les Hollyhead Harpies sortent vainqueurs du tournoi et la fête bat son plein. La rebellion, elle, murmure (+).
Les tensions montent alors qu'un nouveau revenant est enfermé à Azkaban pour le meurtre "accidentel" de sa fiancée.
Teatime with the Queen : Buckinghamshire est voté le county préféré des sorciers immigrants.



 


Partagez | 
 

 Scandal is our middle name - Rodeby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 179
Gallions : 10
Avatar : Rose Leslie

Âge : 27 ans
Sang : Pur
Profession : Membre à part entière du commerce familial, elle taille à la perfection la pointe des plumes Weasley. Mais sous le masque, elle est Tueuse à Gages, de ceux qui ne laissent aucune trace et n'ont nul besoin d'être présent au moment du décès pour être certain que le plan a été une réussite.
Situation civile : Papillon, elle semble voleter de riche célibataire en riche célibataire. Coeur blessé se cachant en réalité, elle n'espère ni pardon, ni guérison, ni rédemption.
Allégeance : Ordre du Phénix. Jusqu'au bout.
Particularité : Mélange quelques gouttes d'Amortentia à son parfum.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Ruby Weasley
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Scandal is our middle name - Rodeby   Sam 18 Nov - 22:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Scandal

Parfois, Ruby se disait qu’elle ferait bien juste, de zapper les soirées mondaines. Il n’y avait pas plus guindé, plus insipide, plus désolant que ces nuits rassemblant « l’élite du monde sorcier » se rengorgeant et se vautrant dans leur opulence. C’était proprement à vomir. Oui mais voilà, la demoiselle avait toujours une invitation pour ces événements, faveur de l’Amortentia dans son parfum et d’une nuit ou deux avec les bonnes personnes, qui avaient la main sur la liste d’invités. Et elle s’était affichée avec suffisamment de Sang Pur bien né pour que cela lui vaille maintenant son propre nom à l’entrée. Et ce soir-là, dans sa robe fourreau d’un vert émeraude profond, elle n’eut même pas à décliner son identité pour que l’homme à l’entrée ne la laisse passer, un grand sourire aux lèvres. Nul besoin de scruter la foule alors qu’elle enlève son manteau et le laisse à un domestique passant par là. La lumière se réverbère sur sa peau blanche, lactée, dévoilée en grande partie par sa somptueuse tenue, cadeau d’un admirateur. Ils pouvaient dire ce qu’ils veulent sur elle, sur son nom, sur les siens, ils adoraient la regarder, elles adoraient la jalouser, les langues aimaient s’acharner sur elle. Et elle en profitait, savourait toute cette attention. Où d’autres auraient courbé le dos, où Astrid lui avait conseillé, à Poudlard, de se fondre dans la masse et de ne pas répondre aux moqueries, elle avait choisi de se redresser, d’embrasser le monde, de séduire, de parler fort, de boire, de créer le scandale. Il n’y avait rien de plus grisant, et ce qui était au début une obligation était rapidement devenu une passion. Leur en mettre plein la vue. Qu’ils ne se méfient pas. Qu’ils baissent la garde. Ou parfois, juste pour la beauté qu’il y avait dans le chaos. Et la plupart du temps, elle n’était pas seule pour jouer à ce petit jeu.

Elle ne savait même plus chez qui elle était, et qui s’en souciait, par ailleurs ? Certainement pas elle. Ses doigts se refermèrent sur un flûte qui passait par là et elle laissa le champagne couler dans sa gorge, comme pour oublier tous ceux qui se cachaient et pour lesquels elle se battait au quotidien. C’était une de ces soirées. Celles où elle n’avait pas envie d’espionner, où elle voulait juste oublier quelques instants que la vie n’était pas juste. Et cela tombait fort bien … ses yeux venaient de repérer une silhouette connue à l’autre bout de la pièce. S’il l’avait vue faire son arrivée ou pas n’avait pas la moindre importance : même si elle aimait ce qu’elle lisait dans les yeux de Rod’ quand il la voyait, elle n’avait pas besoin de lui en mettre plein la vue pour avoir droit à son attention. Entre Mulciber et elle, ç’avait été un coup de foudre. Pas de ceux dont on vous rebattait les oreilles dans les contes de fées, non, de ceux où deux âmes cousues de la même étoffe se reconnaissaient. « Coucou, toi. » Il ne leur avait pas fallu longtemps pour ce trouver une myriade de points communs, leur goût pour l’alcool, pour le scandale, allant jusqu’à entretenir une réelle liaison il y avait environ un an de cela, pour le seimple plaisir de faire les gros titres de la presse à scandale sorcière qui adorait parler d’ l’enfant terrible Mulciber et de la scandaleuse Weasley. Une paire extrêmement bien assortie, dont il fallait se méfier comme de la peste si l’on tenait à organiser une soirée correcte … comme celle-ci. Se délectant par avance de ce qui ne manquerait pas de soir, la Weasley prit son temps pour le rejoindre, saluant des personnes sur le passage. Personne ne semblait réellement heureux de la voir et elle s’en moquait éperdument. Au contraire, qu’ils enragent, cela lui faisait beaucoup trop plaisir.

Quand enfin elle fut en vue du jeune homme qui attirait son attention, elle fit un crochet pour se re-servir et lui attraper également un verre, avant de l’approcher, par derrière. Lentement, elle se plaça parfaitement, de façon à ce que ses lèvres effleurent l’oreille gauche du Mulciber : Quel plaisir de te voir … j’avais peur de m’ennuyer toute la soirée avec une bande de coincés du cul. Faisant le tour, elle se planta face à lui et lui tendit un des deux verres qu’elle avait récupéré. Repérant une ou deux femmes qui la regardaient avec des menaces de mort au fond des yeux, elle gloussa, lui donnant sa boisson avant de poser sa main libre sur son torse en déclamant, bien fort : Rod’ darling, quelle élégance en cette douce soirée. L’accent guindé était parfaitement maîtrisé, et elle se délecta de l’air offusqué des demoiselles précédemment évoquées qui feignirent de retourner à leurs conversation. C’allait être gran-diose. Lui envoyant un clin d’œil, elle fit tinter son verre contre le sien. J’espère que vous êtes aussi assoiffé que moi, il est hors de question que je m’hydrate seule … et que vous êtes disponible ce soir, je ne compte pas vous partager. Ah, la jalousie féminine, ce divin nectar, ce carburant délicieux …

AVENGEDINCHAINS

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
how to be a heartbreaker
Baby I'm preying on you tonight. ▬ Hunt you down eat you alive + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t130-baby-i-m-preying-on-you
avatar


Invité
Invité


Message
Sujet: Re: Scandal is our middle name - Rodeby   Lun 20 Nov - 14:49


Roderick est venu accompagné et, à cela, il y a deux raisons. D’abord, la règle primaire qui exige d’accessoiriser un costume sur-mesure. Ensuite, le plaisir futur, et certain, de délaisser cette compagnie au profit d’une autre. Salaud ! Fils, petit-fils et arrière-petit-fils de salaud ! En dépits de la répétition et de la mauvaise nature du rejeton Mulciber, il s’en trouve toujours pour lui accrocher le bras. Enveloppées dans des robes compliquées, elles rognent sur leur dignité dans le seul but d’entrer dans ces soirées. Les sang-mêlées sont les pires arrivistes, tout à fait conscientes du statut qui leur échoue dans cette nouvelle société et capables de mutilations pour s’installer dans les hautes strates. Nouveaux riches. Spécialistes. L’aristocratie mêlée se décante, à fleur de sang-pur. Certains finissent par être confondus à l’occasion de dîners fastueux et d’évènements tout aussi prestigieux. Or, Roderick ne déteste pas leurs avantages dès lors qu’on n’ampute pas les siens. Il est souvent le premier convié, convoité de ci de là, et, si les sourires sont en toc, il goûte volontiers à leur révérence.

Pathétique est le manège mais l’homme est pathétique.

Il surprend son arrivée du coin de l’oeil. Ruby Weasley. Dans les allures guindées et les foules impeccables, Roderick a pris l’habitude de la chercher. Ses soirées en sont toujours éclaircies. Il ne sait pas bien l’expliquer ; il se reconnaissent, comme d’appartenir à la même espèce. Il y a un confort paradoxal, une sécurité, à se trouver en sa présence. C’est la sensation qu’on est admis dans un cercle exigu et, qu’importe ce qu’il se passe à l’extérieur et le nombre des adversaires qui pressent sur les remparts, on supporterait n’importe quoi. Trois couches au-dessus de ce sentiment inavouable, il y a pléthore de distractions plus ou moins lisses. Elle est une scandaleuse, son pendant féminin, son parèdre en dépits de leur nom. Sur leur passage, ils murmurent moins Weasley et Mulciber que Ruby et Roderick.

Il fait semblant d’oublier qu’elle est là. Il attend qu’elle vienne. Ses conversations sont un ramassis de lieux communs et Roderick change d’interlocuteur toutes les deux à trois minutes. Malgré les relents de sale éducation, il entretient toujours ses relations – ou prolonge celles de ses parents. Il proroge avec les plus âgés, il tisse avec les plus jeunes. C’est d’un ennui mais c'est de la politique sociale. Elle est indispensable à maintenir la maison Mulciber parmi les plus influentes du pays. Sa lassitude est soupirée dans un verre vide.

« Plaisir partagé, souffle-t-il par-dessus son épaule dès la chaleur du corps de Ruby lovée dans la sienne. » Roderick s’est malgré tout tendu. Machinalement, et parce qu’elle est toujours époustouflante dans les robes qu’elle enfile. Celle-là, il ne l’a, jusque-là, qu’aperçue et il prend la huitaine de secondes qu’il convient pour la déguster du bout des pupilles. « On cherche à impressionner quelqu’un ? » Il commente avec une pointe de sarcasme en même temps qu’il emprunte la flûte tendue de sa main libre. Son regard accompagne celui de la rouquine avant de retomber sur les phalanges qu’elle ballade en travers de son torse. « Tu crois qu’elles sont jalouses de toi ou de moi… ? » Mutin, Mulciber demande en trinquant. Une gorgée passe dans la gorge. Une autre, tout de suite. Au goût des conventions qui s’appliquent à tous les êtres, ils se tiennent trop près l’un de l’autre et, cependant, aucun ne songe à s’en offusquer. « Tu étais beaucoup moins possessive lorsque nous étions ensemble, il s’amuse à voix basse. »

C’était il y a une éternité, il lui semble. Il n’y avait pas de jalousie entre eux, encore qu’un plaisir avéré à se partager. Ils se sont d'ailleurs assemblés comme ils se sont séparés : dans le plus grand des calmes et le plus beau des naturels. Deux éléments parfaitement solubles.

« Tu sais qu'on va tout de même s’ennuyer ? » La moitié de son verre y est passée et son air assombri s’illumine d’un éclair crapuleux. « Mais j’organise quelque chose chez moi, un peu plus tard. Si tu n’as pas déjà trouvé celui ou celle que tu cherches à impressionner, bien sûr. » Roderick est allé le lui souffler plus près de la bouche que de l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 179
Gallions : 10
Avatar : Rose Leslie

Âge : 27 ans
Sang : Pur
Profession : Membre à part entière du commerce familial, elle taille à la perfection la pointe des plumes Weasley. Mais sous le masque, elle est Tueuse à Gages, de ceux qui ne laissent aucune trace et n'ont nul besoin d'être présent au moment du décès pour être certain que le plan a été une réussite.
Situation civile : Papillon, elle semble voleter de riche célibataire en riche célibataire. Coeur blessé se cachant en réalité, elle n'espère ni pardon, ni guérison, ni rédemption.
Allégeance : Ordre du Phénix. Jusqu'au bout.
Particularité : Mélange quelques gouttes d'Amortentia à son parfum.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Ruby Weasley
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: Scandal is our middle name - Rodeby   Dim 3 Déc - 11:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Scandal

Que c’était agréable, une soirée avec Roderick. Pas besoin de filtre, pas besoin de masque, pas besoin de demander la permission. Ils se comprenaient sans mots, ils se complétaient et le chaos qu’ils créaient laissait des cœurs brisés et des gros titres sur leur passage. C’était grisant. Et tellement bienvenu dans ces temps troublés. Evidemment, il ignorait à qui elle faisait allégeance … et il s’en moquait éperdument. Il l’appréciait pour elle, pour ce qu’elle était et c’était rafraîchissant. Peut-être bien… Il y a toujours quelqu’un à impressionner. Tout le monde, tout le temps. Qu’ils se concentrent sur sa robe scandaleuse et pas sur les personnes à qui elle parlait. Un leurre, autant qu’une fierté. L’homme qui lui avait fait ce cadeau se trouvait sans doute dans la pièce. Et s’il venait réclamer son « dû », comme elle portait ce qu’il lui avait offert … alors la soirée deviendrait intéressante. Même si, maintenant qu’elle avait trouvé Roderick, il pouvait toujours rêver pour qu’elle rentre avec lui. Elle adorait l’idée qu’il ne lui appartienne pas et en même temps qu’elle puisse clamer qu’il était sien si l’envie lui en prenait … comme elle le faisait en cet instant. S’attardant plus que nécessaire sur les péronnelles un peu plus loin, elle sourit à la question du jeune homme : C’est une excellente question … Je me suis toujours dit que Griselda me déshabillait des yeux. Peut-être qu’elles aimeraient que je caresse leurs…torses. Joueuse, elle lâcha le Mulciber pour envoyer un baiser aux deux jeunes femmes, qui étouffèrent une exclamation offusquée avant de se détourner, pour mieux leur lancer des regards à la dérobée.

Eclatant d’un rire cristallin, Ruby reporta son attention sur sa flûte de champagne et son cavalier. Une gorgée plus tard, elle releva la tête vers lui, leurs visages uniquement à quelques centimètres l’un de l’autre. Jamais d’étiquette entre eux. Et son parfum avait un effet enivrant dont il aurait été dommage de se priver. Sa remarque la fit réfléchir quelques instants. C’est vrai, admit-elle. Ensemble. Ils avaient formé un couple, quelques temps, un appariement qui ne leur avait pas réellement convenu, c’était plus pour la presse que pour eux. Crois-tu que l’état domestique m’avait rendue plus douce ? Un éclat faussement horrifié passa dans son regard. Douce … Ce n’était pas vraiment un qualificatif qui lui allait au teint et il était bien placé pour le savoir. Heureusement qu’on a arrêté cette folie. Cela ne changeait pas grand-chose, en réalité. Mais ils n’étaient pas fait pour la vie en captivité, ni l’un, ni l’autre. Elle n’avait pas hâte de le voir fiancé, par ailleurs. Dans son cas, aucun parti digne de ce nom ne se risquerait à le lui proposer, mais pour lui, les choses étaient différentes.

Chassant ces pensées peu plaisantes de son esprit, elle revint à lui alors qu’il lui parlait d’ennui : Oh, je suis certaine que nous allons trouver un moyen de nous amuser … Elle voulut reprendre une gorgée de champagne pour l’encourager à finir lui aussi sa boisson histoire de passer dans un mode plus joyeux mais il la coupa. Merlin qu’il était séduisant. Une moue mutine se dessina sur les lèvres de la jeune femme, qui s’approcha suffisamment pour que leurs bouches soient à un souffle de s’effleurer, sans se toucher réellement : Voyez-vous ça … qui est jaloux maintenant, Sieur Mulciber ? s’amusa-t-elle à sa question dissimulée. Je me joindrai à vous avec plaisir, sauf si effectivement on me fait proposition plus … alléchante. Sa main libre avait trouvé la taille du jeune homme, sur laquelle elle se posa. Possessive. Joueuse. Un mouvement qui ne passa pas inaperçu, déclenchant l’ire d’une certaine cavalière oubliée qui commença à se frayer un chemin vers eux, à travers la foule.  


AVENGEDINCHAINS

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
how to be a heartbreaker
Baby I'm preying on you tonight. ▬ Hunt you down eat you alive + italic.


Dernière édition par Ruby Weasley le Lun 25 Déc - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t130-baby-i-m-preying-on-you
avatar


Invité
Invité


Message
Sujet: Re: Scandal is our middle name - Rodeby   Mar 12 Déc - 0:35


Lorsqu'il repense au couple qu'ils ont formé (ce qui arrive aussi souvent qu’ils se voient et ils se voient beaucoup), Roderick est satisfait, dans les mêmes proportions, qu'ils aient été et aient cessé. « Tu n'as jamais été douce, s'amuse-t-il. Ou guère avec moi. » La dimension amoureuse était purement fictive. Leur lien, plus réel. Ils sont semblables au point d'avoir ourdi et marchandé une relation sur papier glacé. La distraction était superbe, pour le temps qu'elle a duré, et lucrative. Du reste, Ruby n'est pas la pire complice à laquelle donner la réplique et Roderick a toujours aimé coucher avec elle (ce qui n'en est pas moins appréciable, et même plus, depuis qu'ils sont retournés à leur vie et à leurs amours – parfaitement imaginaires, pour l'essentiel).

Des braises éternelles gisent à fleur de bouche et agonissent les reins. Les enfants terribles s’échauffent et asticotent leur si affreuse, leur si vilaine nature. Ils feront quelque chose de cette soirée très tranquille, un scandale digne d'une couverture, furent-ils chasser de l’enceinte en récompense. Ou ils essaieront, à force de canines que l'on découvre, de souffles que l'on mélange, sous les regards qui traînent à leurs abords et les persécutaient de crainte qu'ils fassent à peu près ce qu'ils font ou, pire, ce qu'ils s'apprêtent à faire... « Je doute sincèrement qu'on te fasse une meilleure offre. » Une lueur de malice pétille dans le fond des yeux bruns, les pupilles voilées par leurs méfaits passés et des nuits si longues et si festives qu'elles suppliaient les jours de ne pas accoucher. C'est à ce genre de quelque chose que l'on s'expose dès qu'on cède à l'invitation de Roderick Mulciber ; lui et ses comparses ne tarissent pas de vices en poudres et en liquides. « Et si, d'aventures, cela arrivait, tu serais aimable de me laisser une chance de surenchérir. » Les doigts dans les vieilles habitudes, il n'a pas tout à fait fini de badiner lorsque les yeux clairs de Ruby attirent la mire des siens sur le côté.

« Thémis. » Il nomme prosaïquement la silhouette qu'il découvre. Son délicat visage de jeune et ambitieuse mêlée est affectée de contrariété, ce qui n'est ni utile ni superflu. À tout le moins, elle obtient de Roderick qu'il se détache de la rousse au sang-pur. Guère étouffé par la honte, l'héritier parait, un long moment de dédain très subtil, interroger la bonne raison qu'elle aurait de les interrompre. Le fait que Ruby – Ruby Weasley, un mètre soixante-cinq de sex-appeal rubané par une robe à la hauteur de ses appas – soit l'ex-quelque chose de Roderick n'y est, pour sûr, pas étranger et il est le seul à feindre de ne pas bien saisir le rapprochement. « Vous vous connaissez ? a-t-il l'audace de lancer d'un ton dégagé. » Il y a peu de chances car, avant ce soir, Thémis d'Estrée demeurait à l'entrée, le battant refermé à son nez. Elle le sait. Il le sait. Mulciber n'esquisse l'affront qu'afin de les présenter très formellement l'une à l'autre. Ce faisant, il tempère la colère de Thémis qui, si elle en voit nettement les formes et les intensités, ne sait pas encore comment s'en servir. Après un mois, un mois et demi, à Londres, il ne faut pas douter qu'elle saura, pareille à une native. « Enchantée, dit celle qui crochète le bras de Roderick pour rappeler qu'elle en est la cavalière. » Il lui sourit trop gentiment pour que ce soit bien sincère mais elle se laisse quelque peu amadouer, sans doute par nécessité de n'être pas complètement rejetée dès maintenant. « Le père de Thémis jouait dans le même effectif que mon père, à l'époque. » Avec une inflexion un rien malveillante dans le sourire (qu'il n'adresse qu'à Ruby), il explique à la fois l'ascension insensée des d'Estrée et la présence de la jeune femme à son bras. Celle-ci semble s'en apercevoir quand elle ajoute avec deux ou trois teintes de sarcasme : « Et vous, vous êtes accompagnée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 179
Gallions : 10
Avatar : Rose Leslie

Âge : 27 ans
Sang : Pur
Profession : Membre à part entière du commerce familial, elle taille à la perfection la pointe des plumes Weasley. Mais sous le masque, elle est Tueuse à Gages, de ceux qui ne laissent aucune trace et n'ont nul besoin d'être présent au moment du décès pour être certain que le plan a été une réussite.
Situation civile : Papillon, elle semble voleter de riche célibataire en riche célibataire. Coeur blessé se cachant en réalité, elle n'espère ni pardon, ni guérison, ni rédemption.
Allégeance : Ordre du Phénix. Jusqu'au bout.
Particularité : Mélange quelques gouttes d'Amortentia à son parfum.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Ruby Weasley
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: Scandal is our middle name - Rodeby   Lun 25 Déc - 14:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Scandal

Les enchères montaient déjà sans parieur entre les deux complices qui se cherchaient pour mieux se trouver. La chasse était toujours la partie que préférait Ruby, cette tension quasiment palpable entre eux qui ne manquerait pas d’éclater dans un bouquet final sublime, entre ses draps ou bien contre une des colonnades des couloirs menant à cette salle, si l’envie leur prenait de ne pas attendre. Roderick Mulciber avait le diable chevillé au corps, un éclat particulier qui ne la laissait jamais indifférente. Et ils se respectaient trop pour prétendre le contraire. Et au moment où elle allait goûter à ses lèvres, celles de l’homme bougèrent pour prononcer un prénom qui n’était pas le sien. Se ravisant, elle se décala donc pour observer la nouvelle venue des pieds à la tête et de la tête aux pieds, sans la moindre retenue. Thémis, avait-il dit. Le nom ne lui était pas familier et le physique non plus, pour tout dire. Il aurait été faux de dire que la jeune femme était hideuse, mais elle n’avait rien d’exceptionnel non plus. Avec les années, Ruby avait appris à jauger justement les femmes, en se prenant comme référentiel. Et, prenez ça pour de l’orgueil si vous le souhaitez, elle était bien consciente d’être sur le haut du panier en matière d’attraits. Ce qu’elle ne manqua pas de communiquer d’un simple regard à ladite dame qui prit le bras de Rod. Reculant d’un pas, elle admira le charmant tableau. Ennuyée ? S’il lui disait qu’elle était sa fiancée, peut-être, cela voulait dire qu’il risquerait de finir la soirée seule, et après avoir été par l’odeur alléchée, cela risquerait de la contrarier. Mais elle connaissait toutes les demoiselles à marier de Sang Pur et celle-ci n’en faisait définitivement pas partie. Nous n’avons pas eu ce plaisir, glissa-t-elle dans un sourire trop mielleux pour être sincère quand il demanda si elles avaient été présentées. Traduction : je ne fraye pas avec le bas peuple d’ordinaire.

Les explications de Mulciber étirèrent le coin de ses lèvres en un rictus parfaitement sarcastique qui disparut rapidement. Une parvenue, donc, qu’on lui avait collée dans les pattes. Ils allaient pouvoir s’amuser un peu. Oh, je vois. Ils allaient s’amuser un peu aux dépends de cette donzelle. Et ça allait commencer dès à présent : Accompagnée ? Oh … Son regard scanna la foule. Elle aurait pu s’inventer un cavalier en deux secondes, mais elle n’en avait pas vraiment envie. Je n’ai pas encore décidé, confia-t-elle en revenant à eux. Elle avait un sourire de prédatrice : Je n’aime pas limiter mes options dès le début de la soirée. Replaçant une longue mèche de feu derrière son oreille, elle joua un peu avec, se laissant le loisir de se demander si elle devait rajouter qu’elle n’avait pas besoin de cela pour rentrer en soirée, elle. Elle n’avait d’ailleurs pas donné son nom, marque de ceux qui occupaient le devant de la scène et partaient du principe que tous savaient qui ils étaient. Et dans la foule, elle repéra sa prochaine attaque. Pas besoin d’agir, par ailleurs, il l’avait repérée. Ils l’avaient évoqué un peu plus tôt, l’homme qui lui avait fait cadeau de sa toilette du soir avait finalement décidé de lui faire l’honneur de sa présence. Charismatique, une petite quarantaine, et un accent français à tomber, ce directeur de la Gazette du Sorcier, antenne parisienne avait fait son petit effet en débarquant, quelques mois auparavant.  Et il fut bientôt à ses côtés, lui prenant la main pour déposer un baiser dessus : Ma chère*, vous êtes sublime. Quel flatteur*, lui répondit-elle, vous n’êtes pas étranger à cet état de fait. Un sourire de conquérant, il posa la main sur les reins de la jeune femme qui se tourna vers les deux autres : Michel, je crois que vous n’avez pas encore fait la connaissance de Roderick Mulciber, Une présentation dans les règles de l’art avec un sous-titre Rod : c’était le moment de faire monter les enchères. Quant à la pauvre créature qui l’accompagnait … eh bien elle avait toujours adoré laisser des dommages collatéraux sur son passage.

*en français dans le texte


AVENGEDINCHAINS

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
how to be a heartbreaker
Baby I'm preying on you tonight. ▬ Hunt you down eat you alive + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t130-baby-i-m-preying-on-you
avatar


Invité
Invité


Message
Sujet: Re: Scandal is our middle name - Rodeby   Sam 3 Fév - 18:34


Tandis que Ruby paraît piocher son cavalier dans l’assistance comme une prune dirigeable dans sa cagette, Thémis resserre l’étau de ses phalanges autour du bras de Roderick. Celui-ci se doute qu’elle escompte attirer sa vigilance et, par chance, sa complicité. Il serait cependant ardu de monter l’épigone Mulciber contre l’héritière Weasley… Dans d’autres circonstances, peut-être, ou d’autres enfants de leur fratrie, plus sûrement. De guerre lasse, un bref regard est échangé mais, très vite, les lèvres de Roderick se fendent d’un rire léger et provocant car, définitivement, cela ressemble à la rouquine de n’avoir pas encore choisi. Choisir, diraient-ils en coeur, c’est renoncer. Ils pratiquent plutôt l’inverse et l’attitude générale de Ruby, depuis qu’ils se sont trouvés, laisse Roderick pensif et enclin à la pratiquer, elle. Son attention est, d’ailleurs, semble-t-il trop soutenue (trop expressive) à l’égard de la fille d’Archibald et Arabella Weasley car Thémis enfonce ses ongles dans le tissu et, au travers, dans la chair de son bras. « S’il y a quelqu’un dont tu peux tout apprendre, souffle tout de suite Mulciber, c’est d’elle. » La jeune mêlée entend que l’on se moque, tout en même temps qu’on lui dévoile la stricte vérité. Pour preuve, il ne faut guère plus d’une minute pour qu’un homme élégant, et un brin plus âgé qu’eux tous, accourt vers elle. C’est assurément le genre de la plupart des femmes, et de certains hommes. Roderick le regarde par trois, quatre fois. Ses prunelles accompagnent les doigts qui disparaissent dans le dos de Ruby et un rictus admirable de courtoisie se répand dans les commissures – à peu près comme du poison gicle dans le sang. « Nous n’avons pas eu l’honneur d’être présentés, engage Mulciber le premier. » Les deux hommes échangent une poignée de mains solide, raccord avec ce qu’ils savent qu’ils sont pour Ruby. Quand Michel introduit qu’il dirige la rédaction parisienne de la Gazette du Sorcier, son rival se contente d’un commentaire unique : « Un français, donc. »

Si elle espère être, à son tour, présentée, Thémis comprend vite qu’elle va devoir forcer le destin. La menotte relâche le bras et la jeune femme se détache de son cavalier. « Thémis d’Estrée. » Inutile de préciser que Thémis n’entend pas un mot de français (de même que Roderick, au demeurant, dont les démêlés en duel ne lui ont que vaguement appris la signification de sale enculé et va te faire foutre) et elle glousse gentiment aux trois syllabes que Michel rassemble, par politesse, à son endroit. Bien sûr, il n’a aucune idée de qui elle est et, d’ailleurs, il ne fait pas montre d’un quelque intérêt à son égard. Il n’a d’yeux que pour Ruby, ou pour sa robe… ou les deux. Roderick ne l’en blâme pas. Ou pas trop. « Je suis duelliste, pour ma part, il reprend après que sa cavalière se soit lassée d’attirer une lumière qui ne la veut pas. Vous aimez le duel sportif ? » L’homme n’est pas idiot, bien éduqué, et très concerné par l’opinion de la femme à son côté : il répond des banalités sur le sport, dérive vers le Quidditch (l’une des cent choses que Roderick déteste quand le sujet initial s’avère être sa propre discipline). De lieu commun en lieu commun, ils en arrivent à l’équipe national, et donc à Kenneth Mulciber. C’est là que Thémis croit bon de rappeler que son propre père est illustre ou du moins renommé. « Une cinquantaine de sélections, au bas mot. » « Et une fin de carrière sur blessure. » La bouche s’ourle d’un sourire charmant tandis que le piquant, sous la langue, demeure et flotte dans l’air. La jeune mêlée accuse le coup, l’air d’être attaquée personnellement qu’aucun des trois autres n’a la moindre passion pour sa petite existence et encore moins l’envie de dépenser du temps à s’en faire un avis. « Je dis juste qu’il arrive tout un tas d’accidents… à tout un tas de gens. Et vous, Michel, il enchaîne avec une transition brute et mielleuse, vous restez longtemps parmi nous ? » Parmi nous, en Grande-Bretagne. Parmi nous, ici-même.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 179
Gallions : 10
Avatar : Rose Leslie

Âge : 27 ans
Sang : Pur
Profession : Membre à part entière du commerce familial, elle taille à la perfection la pointe des plumes Weasley. Mais sous le masque, elle est Tueuse à Gages, de ceux qui ne laissent aucune trace et n'ont nul besoin d'être présent au moment du décès pour être certain que le plan a été une réussite.
Situation civile : Papillon, elle semble voleter de riche célibataire en riche célibataire. Coeur blessé se cachant en réalité, elle n'espère ni pardon, ni guérison, ni rédemption.
Allégeance : Ordre du Phénix. Jusqu'au bout.
Particularité : Mélange quelques gouttes d'Amortentia à son parfum.

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Ruby Weasley
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: Scandal is our middle name - Rodeby   Ven 9 Fév - 14:32


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Scandal

On pouvait le lire à la lueur dansant dans ses yeux, Ruby s’amusait comme une petite folle. Une parvenue à torturer, simplement pour avoir eu l’audace de venir interrompre ce qui ressemblait fort à des préliminaires, en tous cas dans leur jeu incessant. Un homme d’âge mûr et séduisant bavant sur ses attraits et son partenaire préféré dans une équation absolument sublime. Il n’y avait évidemment pas photo, à moins que Michel ne puisse lui proposer une partie de jambes en l’air au sommet de la Tour Eiffel.  Mais pour l’instant il se comportait simplement comme un mâle alpha marquant son territoire, ce qui fit sourire la Weasley dans sa flûte. Il ne savait pas encore à qui il avait affaire, visiblement. Et si pour l’instant il l’amusait, cela pouvait fort bien changer en quelques instants. Les paris certains d’être gagnés ne l’intéressaient jamais. C’était une leçon qu’elle ferait bien d’apprendre à la jeune Thémis, si elle le voulait. Mais elle ne voyait pour l’instant pas où était l’intérêt pour elle, donc elle se contentait de l’observer se rendre absolument ridicule, seconde après seconde. La jalousie était si succulente quand on la dégustait à même la bouteille. Un sourcil se leva quand Michel dériva sur le Quidditch, sachant pertinemment ce que pensait Roderick du sujet. Et il lui fallut carrément étouffer un rire lorsque Thémis fut mouchée par le jeune homme. Le champagne commençait à manquer et il était temps d’en finir avec ce duel qui ne ressemblait pas à grand-chose. Ou en tous cas, d’en reprendre le contrôle : Peut-être suffisamment longtemps pour que l’on assiste à un superbe duel. S’engouffrant dans la brèche qu’avait précédemment ouverte le Mulciber, elle affichait clairement les couleurs pour lesquelles elle jouait. La main dans son dos se tendit légèrement et elle se pencha un peu en arrière, cherchant le regard du journaliste : J’ai toujours eu un faible pour les hommes particulièrement doués avec leur baguette.

Eh non, Ruby Weasley n’était définitivement pas sortable. Il étouffa un toussotement gêné qui arracha un sourire de triomphe à la demoiselle, qui se fendit ensuite d’un clin d’œil en direction de la paire qui lui faisait face. Pour Thémis, lui montrant comment faire rougir un homme d’âge mûr, quant à Rod … il comprendrait. Je suppose que … Michel, très cher ! Nous avons besoin d’un arbitre. Deux hommes d’une cinquantaine d’années lui faisaient signe, un peu plus loin. Soulagé qu’on lui offre une échappatoire, il se détacha de la rouquine, déposant un baiser sur sa main : Je vous retrouve plus tard. Pourquoi n’emmèneriez-vous pas Thémis avec vous ? Je suis persuadée qu’elle pourra éclairer la discorde de ces gentlemen autant que vous. Petit sourire de côté. Cela voulait dire beaucoup, dans la bouche de la jeune femme. Ils étaient tous les deux aussi accessoires dans cette soirée. Et qu’ils aillent papillonner ailleurs quelques temps lui allait très bien. La Sang-Mêlé ne se fit pas prier, tandis que le journaliste n’osait refuser, par élémentaire politesse. Très fière de son petit tour, Ruby fit signe à un serveur de venir rafraîchir sa flûte et celle de Roderick. Se raprochant, elle trinqua avec lui, oblitérant la présence des deux trouble-fêtes de sa mémoire. Alors ? A quel montant s’élèvent actuellement les enchères ? Qu’ils passent aux choses sérieuses. Qu’ils élaborent un véritable plan, s’il leur en prenait la fantaisie, pour embrouiller totalement ces deux personnes. Pour ridiculiser la demoiselle. Anéantir la réputation de cet homme et de ses talents pour manier la baguette. Ou choisir une autre cible. Ou n’importe quoi. Ou partir tout de suite. Elle avait juste envie de s’amuser.


AVENGEDINCHAINS

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
how to be a heartbreaker
Baby I'm preying on you tonight. ▬ Hunt you down eat you alive + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t130-baby-i-m-preying-on-you



Contenu sponsorisé


Message
Sujet: Re: Scandal is our middle name - Rodeby   

Revenir en haut Aller en bas
 
Scandal is our middle name - Rodeby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Groupe] Scandal
» BLÂME SÉVÈRE ET DEMANDE D'EXCUSE AU PRÉSIDENT MARTELLY PAR LE SÉNAT
» Demande de RP - Scandal Savage
» HALTE AU SCANDALE DES FEMMES COQUETIERS
» Nèspa Acra lan trafik dwòg? Epi kase fèy kouvri sa!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CISTEM APERIO ::  :: Corbeille :: RP archivés-
Sauter vers: