daily prophet

La Coupe de Quidditch britanique touche à sa fin. Les Hollyhead Harpies sortent vainqueurs du tournoi et la fête bat son plein. La rebellion, elle, murmure (+).
Les tensions montent alors qu'un nouveau revenant est enfermé à Azkaban pour le meurtre "accidentel" de sa fiancée.
Teatime with the Queen : Buckinghamshire est voté le county préféré des sorciers immigrants.



 


Partagez | 
 

 I'll be holding on to you [Callisto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 17
Gallions : 18
Avatar : Jesse Williams

Âge : 36
Sang : Mêlé
Profession : Anciennement traducteur, désormais assure sa place au sein de l'Ordre du Phénix
Situation civile : Célibataire
Allégeance : L'Ordre du Phénix
Particularité : Aucune
avatar



Helios Vargas
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: I'll be holding on to you [Callisto]   Mer 18 Juil - 23:34

I'll be holding on to you
I must've forgot, you can't trust me. I'm open a moment and closed when you show it. Before you know it I'm lost at sea. And now that I write and think about it and the story unfolds. You should take my life, you should take my soul. You are surrounding, all my surroundings. Sounding down the mountain range of my left-side brain. You are surrounding, all my surroundings. Twisting the kaleidoscope behind both of my eyes.


Les paluches grattent le bout de la capuche. La mine se renfrogne derrière le textile alors que la carcasse s’invite dans la masse. Feindre la normalité, il s’y emploie sans totalement réussir à s’y tenir. L’envie le tiraille de jeter un coup d’œil par-dessus l’épaule, attester ou non du danger. Il ne sort que trop rarement désormais. Juste assez pour ne pas oublier à quoi la lumière naturelle ressemble encore. C’est une réelle douleur de voir sa liberté à ce point entravée. Lui qui s’est plu pendant si longtemps à voyager. La scission avec les Vargas a entrainé son indépendance vis-à-vis de cette lignée viciée et ironiquement, cela a marqué inéluctablement son absence d’autonomie. Helios sait très bien que désormais renié et déshérité, il n’est qu’un nom de plus à fournir aux sous-fifres du Lord. Aucune certitude mais il mise tout sur sa sécurité. Sa confiance à jamais brisée envers cette famille de dégénérés, bien trop préoccupés par le prestige et le sang pour se focaliser sur l’essentiel. Dès lors, ils ont perdu leur unique fils. Et s’appliqueront à le tuer si ça peut leur donner l’illusion de sa non-existence. Gommer l’erreur, fièrement. Le rebelle peut presque se dépeindre la jubilation à cette idée, lissant les traits si tirés de sa mère. Même expression faciale qui s’impose quand un potin parvient à son oreille. Le malheur des autres la met en valeur, semble-t-il. Et son gosse a bien été le sien d’après ses dires. Il se demande si l’une de ses amies s’est réjouie de la sorte en apprenant la relation entre le sorcier et la moldue, la confrontation. Réaction malsaine et tordue, à l'image de son foyer. Il ressasse même quand il prétend s’en moquer. Y a quelque chose d’affreusement viscéral qui se réveille quand il y pense. L’impression d’avoir coupé les racines et de ne plus être en contact avec la terre. A défaut donc de gagner du terrain au sol, il prend de la hauteur.

Son trajet n’a rien de direct. Rien non plus de cohérent, il alterne entre marche et magie pour se faufiler jusqu’au QG. Tactique qu’il affine et modifie à chaque fois qu’il doit s’y rendre. Dès que la semelle grignote l’entrée, la neutralité reprend ses droits sur son faciès jusqu’à lors contracté par le trouble. Les mains ôtent le capuchon du crâne. Il respire à nouveau juste assez bien pour que le poids sur l’estomac s’amenuise. C’est un sentiment d’utilité, un sens à tout son parcours qu’il déniche ici. Et ça suffit pour chasser tout le reste de culpabilité, de rancœur et d’animosité. Le regard n’a pas vraiment le temps de s’attarder sur quelques détails familiers, d'éprouver pleinement cette assurance d'être au bon endroit à faire la chose juste, une ombre file juste devant lui et capte son attention. Par instinct, le renégat l’attrape à la volée, la main agrippe le poignet. Quelques secondes s'écoulent sans qu'il ne remue, le temps que le regard pourchasse celui de la belle en fuite, qu’il se permette une fois de plus, de s’interroger sur la voracité de cette réalité. Il se demande s’il finira un jour par s’y habituer, si le cœur arrêtera de tambouriner de stupeur devant sa présence. C'est toujours nouveau pour lui de pouvoir à nouveau lui parler, l’observer, la toucher. Un miracle teinté par tout ce qu’il ne comprend pas et par tout ce qui a changé dans ces nuances ambrées. Il lui semble qu’un millénaire s’est écoulé depuis qu’elle a été tuée. Et qu’à chaque jour passé, un siècle s’ajoute à ce ressenti. Il la sent lointaine quand lui-même se sait méfiant, craintif et donc absent à sa façon. Trop cartésien pour accepter que les règles basiques de vie et de mort s’inversent aussi facilement. Pas assez naïf et optimiste, pour croire qu’on lui a recraché la femme qu’il a connu. La prise sur la chair se défait petit à petit. « Tu me sembles… Perturbée. » Qu’il se justifie en veillant à rester à proximité histoire qu’elle ne lui échappe pas. L’anglais a maintenu la distance entre eux pour tout un tas de raisons différentes. Mais il peut tout aussi bien lister ce qui motive son comportement actuel. « Tu vas où comme ça, seule ? » Tentative de nonchalance dans l’intonation alors que tout en lui s’apprête déjà à la retenir. Vieux traumatisme qui ne s’est pas résolu depuis qu’elle a décidé de filer de son côté vers le danger. Et qu’elle en a payé le prix de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t1128-temper-us-in-fire-and-
Messages : 17
Gallions : 26
Avatar : MANDY MOORE.

Âge : Donnée sans aucune importance lorsque le temps a cessé de s'écouler après TRENTE-CINQ années passées.
Sang : Née-Moldue, elle a pourtant toujours démontré un talent presque naturel pour la magie et ses secrets.
Profession : Autrefois DIPLOMATE au sein du département de la coopération magique internationale. Elle se concentre aujourd'hui sur son rôle au sein de l'Ordre.
Situation civile : Veuve avant l'heure, elle en a perdu le goût de vivre. Chaque jour laissé sans saveur sur son palais endormi par le deuil. Aujourd'hui aveuglée par des pulsions violentes, elle ne laisse aucune place à l'affection. CÉLIBATAIRE, elle sait tout de même utiliser ses charmes pour obtenir ce qu'elle désire.
Allégeance : L'oppression n'a pas sa place dans le monde au sein duquel elle veut virre. Fidèle à L'ORDRE DU PHOENIX et à Dumbledore, depuis toujours.
Particularité : Existence subitement fauchée, stoppée dans son galop effréné. Elle n'est plus censée fouler cette Terre, Callie. Revenante, elle est passée de l'autre côté, avant d'en revenir pour une raison qui lui est encore inconnue. Un goût d'inachevé qui l'a poursuivie jusque dans l'au-delà.
avatar



Callisto Mendes
lumos - revenant
lumos - revenant


Message
Sujet: Re: I'll be holding on to you [Callisto]   Dim 29 Juil - 19:52



Le teint est pâle, dans le reflet du miroir. Et les prunelles qui observent les traits tirés ne renvoient plus de lumière. Que l’essence altérée d’un être abîmé. La brune n’ose même plus se contempler. Abhorre de se regarder. Comme si elle pouvait voir au travers de sa propre personne. Comme si elle n’était plus vraiment là. Plus vraiment palpable. Plus vraiment vivante. Le constat lui arrache un frisson désagréable. Elle lève les yeux brièvement sur son image, ne peut soutenir son propre regard. Lèvres pincées, elle retient son poing qui menace d’aller se plonger au fond du mur d’en face. Serre les dents pour laisser passer la colère. La rancoeur. Bien qu’il semble que ce soit tout ce qui lui reste. Tout ce qui la compose. Tout ce qu’elle est devenue. Plus tout à fait morte, mais pas tout à fait vivante non plus. Elle n’est qu’une enveloppe en suspension dans l’atmosphère. Une coquille vide, emplie d’amertume. Une bombe à retardement qu’elle empêche d’imploser.

Son air macabre lui est devenu insupportable. Dernier coup d’oeil sur son teint cireux, la revenante s’éloigne brusquement, lâchant un souffle rauque avant de claque la porte de la pièce. L’enfermement la rend folle. La lumière lui manque. Sentir les rayons du Soleil sur son visage et réchauffer son corps, elle ne se souvient même plus de la sensation que cela procure. La vie de fugitive lui sied plutôt mal. Elle a besoin d’air. Terriblement. Viscéralement besoin d’air. Le QG est devenu sa seconde résidence. L’endroit où elle passe certainement le plus de temps. Bien qu’elle se demande chaque jour pourquoi. Elle ne semble plus bonne à rien pour l’Ordre. Un fardeau de plus à porter pour ses complices. Un poids morts. Au sens propre comme au figuré. Elle se sent inutile. Impuissante. Bonne à rien, ou à pas grand chose. Et la solitude devient de moins en moins agréable. Si elle l’a recherchée, pendant un temps, elle a de plus en plus de mal à faire abstraction de sa situation lorsqu’elle est seule. Sans parler de son instabilité permanente.

La cape vient rapidement couvrir les épaules. L’agitation est palpable. Provoquée par on ne sait quoi, mais bel et bien présente. Jusque dans les moindres fibres de son corps. Tout comme elle a senti la mort la prendre toute entière, le froid l’envahir et dans un dernier battement de cils, reprendre son souffle sans qu’elle ne comprenne comment. Ni pourquoi. Elle qui s’était préparée à tout, même au pire. Sa main tremble, les phalanges s’agitent de manière incontrôlable lorsqu’elle repense à ce jour que tous autour d’elle qualifient de funeste. Le fantôme soupire, une fois de plus, en retenant ses doigts de son autre main, ne pouvant supporter de se voir si défaillante. Elle serre le dents pour ne pas hurler sa colère. N’a pas de but de précis, juste la certitude qu’elle doit sortir de là. Elle se dirige déjà vers la porte lorsque la silhouette masculine l’interrompt dans son élan. Anéanti sa détermination. Son poignet agrippé à la volée, stoppe sa course d’un mouvement. D’un regard.

La remarque la fait tiquer. Les prunelles se figent un instant dans celles du sorcier. Teintées de cette hargne qui ne semble plus la quitter. Perturbée. J’imagine que c’est ce qui arrive quand on est pas tout à fait morte. C’est ce qu’elle aimerait rétorquer. C’est ce qu’elle crève d’envie de lui répondre. Pourtant, alors que l’emprise sur son bras se défait et que son regard s’abaisse, ce n’est qu’un nouveau soupire qui échappe à ses lèvres pincées par la frustration. Il ne mérite pas d’être le bouc émissaire de cette haine qu’elle ne contrôle pas totalement, bien qu’elle sache pertinemment d’où elle provient. « Dehors. J’ai besoin d’air. J’étouffe ici » Quelques mots mis bout à bout. Décousus. Mal choisis. Mal amenés. Elle ne se reconnaît même plus dans sa façon d’être. De s’exprimer. À quoi bon. « Et toi ? Qu’est-ce que t’es venu faire là ? J’imagine que c’est pas pour me voir que t’as fait le chemin » Et voilà l’amertume qui se pointe. Indélébile. Irrépressible. Elle croise les bras en s’adossant au premier mur qui entre en contact avec elle. Dubitative. Elle espère juste qu’il trace sa route, au fond. Qu’il ne réagisse pas. Qu’il évite. Comme il l’a évitée jusque là.

_________________

Revenge is sweeter
than you ever were
You're Staring right through me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t1132-i-can-t-wait-to-see-yo
 
I'll be holding on to you [Callisto]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 00. keep holding on | c.a. gillespie - e.z. ashmore
» Callisto
» LIN CARTER
» { I'll show you that I can change a thousand destinies, I'm holding the futur faraway overhead }
» « Let it go, can't holding back anymore. » | Over

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CISTEM APERIO :: QG de l'ordre-
Sauter vers: