daily prophet

La Coupe de Quidditch britanique touche à sa fin. Les Hollyhead Harpies sortent vainqueurs du tournoi et la fête bat son plein. La rebellion, elle, murmure (+).
Les tensions montent alors qu'un nouveau revenant est enfermé à Azkaban pour le meurtre "accidentel" de sa fiancée.
Teatime with the Queen : Buckinghamshire est voté le county préféré des sorciers immigrants.



 


Partagez | 
 

 ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 53
Gallions : 75
Avatar : Adam Driver
Âge : 29 ans
Sang : Sang-mêlé
Profession : Libraire
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre du Phénix
Particularité : Fumeur et tatoué
avatar



Elias Ainsworth
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Mar 12 Juin - 23:36

When Elias meets Eryn


IL N'Y A QUE LES ESPRITS LÉGERS POUR NEPAS JUGER SUR LES APPARENCES.
Le vrai mystère du monde est le visible, et non l’invisible. Oscar Wilde

Enveloppé dans une sorte de draps qui se trouvait là - au fond d'une vieille malle de son grenier - le petit Élias Ainsworth se rappelait soudain des histoires que lui racontait sa mère, le soir juste avant de s'en dormir. “ Regarde bien, je ressemble à la Mort du conte de Beedle le Barde ; je suis celui qui prendra la vie avec patience ! Celui qui poursuit les gens jusqu'au jour de leur trépas ! ” Terriblement fier de ses paroles il tournoyait tantôt autour de son petit frère Simon et tantôt autour de la douce Susan Weasley. “ Pour l'instant, tu es surtout celui qui va me tuer avec cette odeur ; tu sens la vieille mamie renfermée... ” Lui lançait cette dernière au bord de la crise de rire. Simon et Élias se joignirent volontiers à ses éclats tandis que les gracieux rayons du soleil donnaient à la pièce comme un cadre idéal et chaleureux pour le jeu. Mais, il fallait croire que laisser libre cours à son imagination, que de se convulser à tors et à travers de rire donner faim. C'est ainsi qu'Élias, suivit de très près par la petite rouquine, s'en allèrent jusque dans là cuisine...

D'un geste brusque, Élias poussait sa lourde couette sur le bas côté du lit. Il en avait assez de ce rêve. Toujours et encore le même rêve a l'issu tragique. Comme si le fait d'avoir vécu tout cela ne suffisait pas, il fallait en rajouter une couche avec des songes qui lui rappelaient sans cesse qu'il n'avait plus de frère, de père ni même de mère. Pas plus qu'une amie avec qui il aurait pu parler de tous les maux qui le rongeaient au point même d'en perdre le sommeil. De devenir comme fou lorsqu'il parvenait enfin à fermer les yeux ne serait-ce qu'une heure ou deux consécutives. Le regard vague, il regardait fixement les rideaux de soi blanc - suspendu à la poutre juste au-dessus de ses fenêtres entre ouverte - virevoltaient sous la caresse d'une brise légère. Ce même courant d'air vient lui chatouiller le visage, emmêlant au passage quelques mèches de ses cheveux ébouriffés. Puis exaspéré, il soupirait. Se levait promptement, enfilait un tee-shirt et s'en allait jusque dans la cuisine. De là, il se servait une immense tasse de café qu'il ne prit même pas le temps de réchauffer. Il grimaçait légèrement à la première gorgée mais, avalé finalement le reste de sa boisson sans broncher. De l'autre côté de la pièce, l'horloge accrochée au mur lui indiqué qu'il était à peine plus de minuit. Il se réjouit cependant et sans mot dire de n'avoir pas eu à entendre le sifflement agaçant du coucou qui sonnait fréquemment pour annoncer le changement d'heure. S'installant finalement au salon au creux du canapé, celui-ci se trouvant juste à côté de la cheminée, Élias fixait l'encadrement de vieille pierre. Au-dessus d'elle, se trouvait une ribambelle de photos. Il ne prit même pas la peine d'y jeter un œil. La plupart du temps il faisait comme si elles n’existaient pas. Et c'était plutôt ironique dans le fond de savoir qu'il ne pouvait ni les regards ni même s'en débarrasser. Fixant toujours les vieilles pierres de la cheminée, son regard fut attiré enfin de compte par les restes de fumer émanant des cendres encore chaudes. Il les regardait danser jusqu'à ce qu'il se laisse à nouveau prendre par le sommeil.

• • •

Bayant à plein poumon, Élias se trouvait en cette fin de journée au plein cœur d'un inventaire fort ennuyeux. Le contre coup de sa nuit pour le moins désastreuse commençait à se faire sentir. Il avait passé le plus clair de son temps le nez plongé dans ses bouquins. Souriant aux quelques clients qui avaient daigné passer le pas-de-porte dans le courant de la journée et avait effectuait - parfois - quelques encaissements, tout cela fait entre deux lignes. Mais, la journée avait été particulièrement calme. C'était pour cette raison qu'il s'était lancé sans grande conviction dans l'inventaire des outils de bureau. Allant de la plus grande plume jusqu’au plus petit des encriers, lorsqu'il trouvait soudainement - bien coincé entre deux pages de son agenda - un morceau de parchemin plié en quatre. Il n'avait pas la moindre idée de quand il pouvait bien dater mais, poussé par la curiosité il regardait d'un peu plus près. Le message qu'il contenait était codé. Un subtil mélange de rune et de grec ancien. Elias lu rapidement la contenue du message qu'il déchiffrait sans grande peine, bien que son Grec était un tant soit peu rouillé - avant de le voir se consumer sous ses yeux. Il jetait ensuite un œil sur la montre qu'il portait au poignet. Dix-neuf heures trente. *Hummmm* grommelait-il. Il était en retard, une fois de plus. La ponctualité ne faisait guère, hélas, partie de ses qualités - moins encore lorsqu'il ne dormait que peu la veille. Tendant le bras pour attraper son manteau il transplanait aussitôt fait.

• • •

Elias n'aimait pas beaucoup déambulait dans la partie moldu de Londres. Il n'avait rien contre ses braves gens mais, il c'était toujours senti comme un intrus parmi eux. Comme si ses gens pouvaient deviner rien qu'en le voyant qu'il débarquait d'un tout autre "monde". Il tentait donc de marcher en regardant uniquement droit devant lui, sans prêter attention aux passants. Arriver au bout d'un petit chemin, bien à l'abri des regards curieux, il transplanait à nouveau jusqu'à la station d'Aldwych Aldwych Covent Garden qui avait fermé ses portes au début des années quatre-vingt-dix et qui avait ensuite été récupéré par l'Ordre du Phénix en guise de quartier général. Elias avait la drôle d'habitude de faire cela, un détour ou deux, empruntant toujours un itinéraire différent à chaque fois. Toutes ses années où il avait vécu avec sa mère dans la crainte d'être suivi de près ou de loin par des Mangemorts avaient fini par le rendre quelque peu paranoïaque mais, il était préférable pour lui d'être trop prudent que de prendre le risque de se faire surprendre. Il traversait ensuite à grande enjambée le couloir sombre sous les arches blanches jusqu'aux salles intérieures. Là, il y retrouvait quelques visages connus, il en saluait quelques-uns au passage et apercevait on ne peut plus loin Duncan McGonagall qui se tenait au centre de la salle de réunion. Il avait toujours eu beaucoup d'admiration pour cet homme qui se lançait toujours corps et âme lui aussi, et depuis bien des années maintenant, dans le travail qu'il accomplissait pour l'Ordre - si ce n'était plus. Il le saluait de loin avant d'achever sa course vers lui. Ils entamèrent assez rapidement la conversation, bien que l'un comme l'autre ne semblent pas d'ordinaire très loquasse. Duncan lui expliquait dans les grandes lignes, comment l'apposition de la rune du Phénix aller se dérouler. C'était d'ailleurs pour cela qui il était ici ce soir. Depuis son entrée dans l'Ordre, il avait effectué diverses missions mais, depuis quelque temps il ne se consacrait plus qu'à la recherche des Horcruxes. Et entant que chasseur il se devait de la porter. "Elle est composé de la rune d'Eihwaz ainsi que d'une rune représentant la force du chiffre sept..." Élias l'écoutait alors attentivement jusqu'à ce que cette fille fasse son entrée. Elle venait de débouler dans la pièce comme un véritable bulldozer, posait - balancer serait peut-être plus juste en fait - la veste qu'elle portait sur le dos quelques instants seulement auparavant. "... ensemble, elles forment la rune que l'on appellera ici, Rune du Phénix et... Elias, tu m'écoutes bon sens ? " Lançait-il avec dédain s'apprêtant presque à pester lorsque enfin son regard se posait sur l'objet qui avait inconsciemment détournait Élias de son attention. Il levait alors les yeux au ciel mais, retient un soupir d'exaspération car, au fond il en avait l'habitude. Elias n'était pas le premier à avoir posé les yeux sur Eryn de cette façon et il ne serait sûrement pas le dernier à se lyncher par cette dernière. Chose qui le rassurait quelque peu maintenant qu'il y songeait. "Elias voici ma fille, Eryn. Toujours à l'heure soi dit passant ! Eryn, voici Éli..." Mais, elle n'en avait que faire et se sauver avant même que les présentations ne furent terminées. Laissant dans son sillage un père à peine surprit de la voir filer ainsi, de même que son manteau. Elias, la regarder s'éloigner sans mot dire mais, il n'en pensait pourtant pas moins. Il avait toujours entendu dire que Duncan avait une fille. Il était cependant loin de se douter qu'elle était aussi ... Il n'osait même pas y songer. Pourtant, sans même y réfléchir, il mettait - aussi respectueusement que possible - un point final aux explications de Duncan, trouvant une excuse bidon pour s'éclipser un moment. S'emparant discrètement du vêtement laissé là, il lui emboîte le pas. Dans la direction empruntée, elle ne pouvait que se rendre à la salle d'entraînement.

• Eryn ϟ Elias
QG de l'Ordre du Phénix
►  Londres ; Angleterre



_________________

DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE


Dernière édition par Elias Ainsworth le Mer 13 Juin - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 179
Gallions : 181
Avatar : Emma Watson

Âge : 26 ans (12 juin)
Sang : Mêlé
Profession : Briseuse de sorts/combattante pour l'Ordre
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre
Particularité : Aucune

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Eryn McGonagall
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Mer 13 Juin - 15:34


When Elias meets Eryn
Elias & Eryn

«I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable »
La journée n’avait pas été des plus joviales. Déjà j’avais dû bosser avec un mangemort reconnu, un Travers, à la banque pour lui ouvrir un coffre qui ne lui appartenait pas. Faire ça me rendait toujours malade. Ces pauvres gens se faisaient voler leur patrimoine pour une foutue question de sang. On les dépouillait parce qu’ils n’avaient pas le sang assez bleu et moi j’étais coincé pour les aider. Je participais à ce vol d’héritage et j’avais franchement de la difficulté à me regarder dans une glace en revenant de là. J’essayais toujours de me convaincre que c’était pour le mieux, que comme ça je gardais mes activités illicites bien cachées. Qui irait me soupçonner d’être avec l’Ordre alors que je collaborais avec des mangemorts durant la journée? Vu mon nom de famille, je n’avais pas le choix. Mon nom était grillé, surveillé et même détesté chez certains. McGonagall rimait avec chasseur de mage noir. Mon père avait fait tout ça. À cause de lui, je devais me cacher, camoufler mes allégeances, cacher ce que j’étais vraiment, et ce tout le temps. C’était une question de sécurité. Vous allez me dire que personne ne pouvait s’afficher littéralement contre le régime et vous avez raison. Par contre, au tempérament que j’avais, avec toute la rage qui m’engloutissait, je ne le voyais pas de cet œil. Je ne voulais pas me cacher, je voulais me battre avec la volonté qui m’habitait. Je n’avais rien à perdre maintenant de toute façon. Il y avait bien ma mère, mais elle était parfaitement au courant de ce que je comptais faire, me battre jusqu’à la victoire ou jusqu’à ma mort. Elle avait essayé de me raisonner, de me dire que ça ne servait à rien de me lancer dans cette bataille comme mon frère l’avait fait. Mes raisons n’étaient pas les mêmes que celles d’Alistair, mais ce qui allait en ressortir était la même chose en fin de compte; beaucoup de sang, des cris, des larmes et des morts des deux côtés. J’avais tout expliqué à ma mère, j’avais pris le temps de faire ce que Duncan n’avait jamais fait avec nous et ma mère semblait avoir compris. Elle était inquiète, certes, mais comprenait très bien. J’avais le goût de la vengeance dans la bouche et je ne pouvais pas l’ignorer. Mon père ne semblait pas être en état pour s’occuper du souvenir de mon jumeau. Toujours une bouteille d’alcool à la main, je ne le croyais plus capable de s’occuper de quoi que ce soit. J’avais donc pris sur moi de m’en occuper, de venger mon frère une bonne fois pour toutes.

Pour y arriver, j’allais généralement passer mes soirées au QG. Je m’entraînais tous les jours comme une forcenée et je devais avouer que ça m’aidait à garder la tête froide, ce qui m’empêchait d’exploser durant la journée. Mon travail de briseuse de sorts me rendait un peu hargneuse avec tout ce que j’avais à faire qui était contre mes valeurs. Forcer ces coffres et dépouiller ces familles était horrible. Je voyais ces regards vides sachant qu’ils pne pouvaient rien faire contre mes actions et celles des mangemorts qui m’employaient de temps en temps. Je faisais mon travail sans m’obstiner, gardant un visage froid et sans émotion. Je ne pouvais pas laisser transparaitre une once de doute, de colère ou de provocation. J’accumulais, gardais mon calme et le soir venu, je me défoulais contre des mannequins qui n’avaient rien demandé. Je lançais sort sur sort, essayant d’avoir plus de puissance, plus de force de frappe. J’avais des visages en tête, plein de visages qui me revenaient en mémoire alors que je me battais contre le vide. J’avais de la puissance, on me l’avait dit. Ma colère y était pour beaucoup, mais c’est surtout que je savais contrôler cette colère pour la passer à ma baguette qui savait la canaliser comme il le fallait. On me disait que j’étais la digne fille de mon père. Oui, certes, mais ce qu’ils ne savaient pas c’est qu’une partie de cette colère venait justement de lui. Ce jour-là, j’étais arrivée au QG après le boulot en ayant cette idée en tête. Edward Travers m’avait vraiment poussé à bout avec son histoire de coffre et j’avais besoin de me vider avant de me sentir mieux. En entrant au QG, alors que je comptais me diriger vers la salle d’entraînement des combattants, Moira m’avait apostrophée dans le couloir en me disant que mon père me cherchait et qu’il était en salle de réunion. Je l’ai remerciée en levant les yeux au ciel, exaspéré et n’ayant pas du tout envie d’aller le voir. Je ne savais pas ce qu’il me voulait, mais je savais que ce face à face serait bref. Je me suis dirigée vers la salle que mon amie m’avait indiquée et je suis entrée sans m’annoncer. Mon père était assis avec un mec que je ne connaissais pas et en attendant de voir ce que mon père voulait, j’ai enlevé ma veste blanche que j’avais portée au travail ce jour-là et je l'ai posée sur une chaise près de la porte. J’ai fixé mon père, n’accordant pas un regard à l’autre sorcier. Mon père a commencé à me présenter et a mentionné que je n’étais pas à l’heure.

« Quand t'auras terminé de te foutre de ma tronche, tu viendras me trouver. »

Je me suis franchement retenue de ne pas lui dire en pleine tronche que mon boulot était un peu plus prenant que le sien. Il possédait un bar miteux et il s’il décidait de le fermer, il le pouvait. Moi, quitter le travail sans raison valable c’était du suicide alors ses reproches sur ma ponctualité il pouvait aller s’asseoir dessus et tourner s’il le voulait. Je n’en avais rien à foutre. Je faisais ce que je pouvais et il allait devoir s’en contenter. Je me suis dirigée rapidement vers la salle d’entraînement pour aller passer ma frustration sur un mannequin. Arrivée dans la salle, j’ai enlevé mes souliers qui étaient assez inappropriés. Je travaillais à Gringotts la plupart du temps alors je m’habillais comme tel, trop propre à mon goût, je préférais porter des jeans et des t-shirts, mais là, je portais un pantalon cigarette noir avec une camisole de la même couleur et une paire de talons hauts que j’ai jetés dans un coin de la pièce. Me retrouvant sur le plancher des vaches j’ai pris une grande inspiration et j’ai jeté un Confringo bien senti qui a fait exploser mon mannequin qui a fini par se reconstruire devant moi. On avait de la chance d’avoir des mannequins comme ça...autrement je leur aurais coûté cher à toujours devoir les changer. Alors que le mannequin que j’attaquais redevenait entier, j’ai entendu des pas s’arrêter derrière moi. J’assumais que c’était mon père qui venait me voir pour reprendre la conversation qui n’était même pas commencée dans le bureau. Je me suis tournée, un air exaspéré sur le visage, mais la surprise l’a remplacé pendant quelques secondes en voyant le grand sorcier qui accompagnait mon père dans le bureau. Je l’avais déjà croisé dans les couloirs à quelques reprises, mais je ne savais pas vraiment qui il était. Dans une certaine mesure, ça ne m’importait pas trop. Ce que je pouvais dire, c’était qu’il était assez grand et c’était probablement pour ça que je me souvenais de sa tête.

« C'est impoli de fixer les gens. Je peux t'aider ? C'est mon père qui t'envoie faire son boulot à sa place ? »

J'ai passé ma baguette dans mon chignon assez décoiffé avant de croiser mes bras sur ma poitrine. J'ai fixé le visage du sorcier en attendant de voir ce qu'il voulait.
(c) DΛNDELION

_________________
❝I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable❞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t1001-i-m-so-far-gone-eryn-m
Messages : 53
Gallions : 75
Avatar : Adam Driver
Âge : 29 ans
Sang : Sang-mêlé
Profession : Libraire
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre du Phénix
Particularité : Fumeur et tatoué
avatar



Elias Ainsworth
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Mer 13 Juin - 18:30

When Elias meets Eryn


IL N'Y A QUE LES ESPRITS LÉGERS POUR NEPAS JUGER SUR LES APPARENCES.
Le vrai mystère du monde est le visible, et non l’invisible. Oscar Wilde

Ayant coupé court à leur conversation, Élias quitté la salle de réunion en emportant discrètement avec lui avec la veste d'Erynn - oublié sur le dos qu'une chaise se trouvant là. Il refermait doucement la porte derrière lui, laissant Duncan vaquer à ses occupations. Là encore, à grand enjambé, il parcourait les longs couloirs - intérieurs - de la bâtisse d'Aldwych Aldwych Covent Garden menant aux salles d'entraînement. Marchant tête baissée, il sentait bien malgré lui son rythme cardiaque s'affoler. Est-ce dû à ce simple bout de tissu qu'il tenait entre ses doigts ou est-ce tout bonnement dû au fait qu'il résistait irrévocablement à l'envie d'humer le parfait qui l'imprégnait ? Ou tout simplement encore, était-ce parce qu'il s'avançait d'un pas décider en territoire inconnu ? Oh pour sûre, il connaissait les salles d’entraînement du quartier général mais, il n'était absolument certain de rien sur cet instant. Pourtant, il avait d'ores et déjà eu l'occasion de croiser, ne serait-ce qu'un grève instant la jeune Eryn McGonagall mais, jamais auparavant elle ne lui avait fait une telle impression. Ou alors avait-il eu, les fois précédentes, l'esprit on ne peut trop préoccuper pour s'en rendre ? Quoiqu'il pût en être, il détestait éprouver de tel sentiment. Réalisant cela, il s'arrêtait net dans sa course. Que faisait-il exactement ? Allait-il lui rendre une veste qu'elle aurait pu tout bêtement récupérer elle-même en partant ou cherchait-il, en réalité, une excuse bidon pour se retrouver à nouveau face à elle ? Lutant intérieurement, dans un combat qui n'avait définitivement aucun sens, il voulut finalement rebrousser chemin mais, malheureusement pour lui il fût pris de cours.

« C'est impoli de fixer les gens. Je peux t'aider ? C'est mon père qui t'envoie faire son boulot à sa place ? » Lançait farouchement la brunette au peint pâle. Elle croisait ensuite les bras, après avoir soigneusement coincé sa baguette dans le creux du chignon qu'elle portait avec beaucoup élégance. Elle avait réellement l'air d'une poupée en porcelaine mais, ce qui se dégageait d'elle n'avait toutefois guère rien d'aussi fragile. « En fait. » disait-il en faisant un pas de plus en avant. « Tu es partis si vite tout à l'heure, que tu as laissé ça derrière toi... Ton... Duncan n'a rien à voir là-dedans. » Finissait-il en lui montrant la veste blanche qu'il tenait avec légèreté. Sans conteste, il se sentait bête, c'était quoi cette entrée en matière . En même temps, tout ceci n'avait rien de bien réfléchi, alors il était difficile d'envisager quelque chose mieux. Et quand bien même il aurait pris le temps d'y songer un peu, la situation lui aurait semblé tout aussi idiote. Il n'avait jamais su parler aux femmes, bien moins encore lorsqu'il était aussi intrigué par elles. Enfin, elle est au singulier. Eryn McGonagall était une femme particulièrement belle, dans la fleur de l'âge - du moins si cela signifiait réellement quelque chose - même un aveugle aurait s'en rendre compte. Et il était sûrement inutile de le préciser mais, elle ne ressemblait à personne et personne ne lui ressemblait. Il avait toujours entendu dire, à son sujet, qu'elle ressemblait beaucoup à son père, Duncan. Mais, Élias n'était pas encore certain que ses affirmations soient tout à fait fondées. Elle avait en elle quelque chose d'unique, de différent si l'on devait vraiment comparer à son paternel, sans pour autant qu'il ne puisse - avec certitude - dire de quoi il pouvait bien s'agir. Cela se voyait néanmoins en un regard. Elias, lui, le voyait. Ou alors, son jugement était tout simplement faussé par ce qu'il ressentait à l'instant. Ses sentiments semblaient se jouer sournoisement de lui, chose qui le déplaisait profondément.

Ainsworth c'était toujours méfié de ces derniers. C'est pourquoi il mettait un point d'honneur à se tenir à l'écart de ce genre d'émotion. Tout cela pour la simple et bonne raison qu'il ne souhaitait en aucun cas se lier - de trop - aux autres. Point d'attache, point d'amour, point d'abandon. Pas plus que de perte. Autrement dit, il tentait de garder à bonne distance les souffrances inutiles. Purement et simplement. Mais, est-ce réellement possible ? Dans le fond, Élias tentait de s'en convaincre depuis si longtemps maintenant que cela était presque devenu une réalité, aussi triste que cela pouvait en être. Et c'était peut-être ça qui l'avait finalement poussé à se rendre jusqu'ici. Il avait brièvement décelé, dans le regard de la jeune femme, quelque chose de sombre, d'éteint. Quelque chose qu'il ne connaissait que trop bien, car à peu de chose près, il possédait lui-même le même regard.


• Eryn ϟ Elias
QG de l'Ordre du Phénix
►  Londres ; Angleterre




_________________

DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE


Dernière édition par Elias Ainsworth le Jeu 14 Juin - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 179
Gallions : 181
Avatar : Emma Watson

Âge : 26 ans (12 juin)
Sang : Mêlé
Profession : Briseuse de sorts/combattante pour l'Ordre
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre
Particularité : Aucune

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Eryn McGonagall
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Mer 13 Juin - 20:43


When Elias meets Eryn
Elias & Eryn

«I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable »
Quand je m’entraînais, j’étais souvent seule. Parfois Moira m’accompagnait, mais la plupart du temps je préférais rester seule. Quand il y avait d’autres sorciers avec moi, j’avais tendance à vouloir me contenir pour ne pas avoir l’air d’une hystérique. Normalement, je lançais des sortilèges à tout rompre, attendant toujours la reconstruction des mannequins que j’attaquais. Je m’en donnais mal aux bras, j’en avais la tête qui tournait et la sueur qui me coulait dans le creux du dos et sur mes tempes. C’est ce que je faisais habituellement quand j’étais seule. Malheureusement pour moi, ce soir-là, je n’étais pas seule. Il y avait ce grand bonhomme qui restait dans l’encadrement de la porte de la salle d’entrainement et qui ne semblait pas savoir où se placer. Le sorcier me faisait un peu penser à un adolescent avec ses grands bras et ses longues jambes, mais en moins disproportionné. Je l’ai analysé un peu de haut en bas pour voir à qui j’avais affaire et c’était un costaud. Il aurait franchement pu me prendre par la peau du cou pour me traîner où il le voulait. Il était peut-être le nouveau pion de mon père. Il avait toujours aimé prendre des jeunots sous son aile pour les guider sur le droit chemin de la bataille. Au lieu de s’occuper de mon frère ou moi, il avait préféré passer son temps avec Kay qui était son protégé depuis des années. Une recrue qui promettait qu’il disait, surtout un ami de mon frère qui avait pris sa place maintenant. Kay avait de la chance que je l’appréciais avant la mort d’Alistair et avant que j’apprenne qu’il était très proche de mon père parce que sinon je n’aurais pas donné cher de notre amitié. Le rouquin n’avait rien demandé et n’était pas nécessairement au courant de ce qui se passait dans la vie privée de mon père. Il ne savait pas que Duncan ne parlait presque plus à sa femme et que sa fille ne pouvait plus le voir en peinture.

Je regardais le sorcier, qui ne bougeait toujours pas, de haut en bas, me rendant compte qu’il tenait dans l’une de ses mains ma veste de travail que j’avais laissé dans le bureau que mon père occupait un peu plus tôt. Le grand bonhomme a fait un pas dans la salle, vu la longueur de ses jambes il s’était pas mal approché, et m’expliqua qu’il venait tout simplement me porter ma veste. Ce n’était franchement pas nécessaire. Il a même pris le temps de préciser que mon père n’avait rien à voir avec sa venue. Je n’en croyais pas un mot et j’ai haussé un sourcil en regardant le bonhomme. J’avais franchement l’impression qu’il essayait de m’avoir et je ne comptais pas me laisser faire. Pourquoi un pur étranger serait venu me donner un bout de vêtement au lieu de laisser mon père le faire? Ça aurait été logiquement à lui de venir me le donner, surtout qu’il voulait me parler à la base. C’était typique de mon père, il faisait faire le boulot par les autres et préférais rester en solitaire avec une bouteille de whisky. J’ai roulé les yeux un peu avant de m’avancer vers le sorcier pour reprendre ma veste et je suis allée la poser sur mes chaussures qui étaient toujours dans le coin où je les avais lancées. Lancer des sortilèges avec ces trucs aux pieds ne me plaisait pas du tout alors autant le faire pieds nus. J’étais plus confortable et ça me rafraîchissait un peu ma veste au sol, je me suis retournée vers l’intrus, le jaugeant encore une fois. Le pauvre mec ne savait pas dans quoi mon père l’avait fourré à me l’envoyer dans les pattes. J’ai eu un petit rictus amusé au coin des lèvres, me disant que je pouvais bien le cuisiner un peu pour voir si mon paternel avait fait du bon boulot avec lui.

« Je te crois pas. T'es le nouveau protégé de Duncan ? Mon père m’approche plus vraiment alors parfois il envoie des toutous prendre mon pouls. Il t’a fait un discours patriote sur l’importance de notre rôle ici ? Il t’a dit tu allais être un héros qui allait sauver le monde? Il est excellent pour envoyer des gens se faire tuer, tu seras prudent. »

Est-ce que j'étais de mauvaise foi ? Complètement. Mais j'avais tellement entendu mon père faire de grands discours sur la bataille qui devait se faire, sur la justice pour tous les sorciers. Sans prononcer un mot, j'ai lancé un autre Confringo sur le mannequin, le faisant exploser encore une fois. Je n'étais pas très accueillante, mais franchement je n'avais pas envie de jouer au guide avec un jouet de mon père. Lesdits jouets ne se voyaient jamais comme tel. Ils apprenaient beaucoup de Duncan, plus que moi j'avais appris de lui à vrai dire. C'est probablement pour ça que je prenais aussi mal qu'il se prenne des apprentis comme ça. Il avait préféré Kay à Alistair et moi. Qu'avait-il en tête ? J'ai regardé la poussière tomber autour du mannequin qui était maintenant en morceau au sol. J'ai tourné mon regard froid vers le sorcier qui n'avait pas beaucoup bougé depuis son arrivée.

« T'as un nom ?  »

Si je voulais lui remettre les idées en place face à mon père, autant le faire en sachant son nom. Je ne l'appellerais pas le toutou tout le temps.

(c) DΛNDELION

_________________
❝I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable❞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t1001-i-m-so-far-gone-eryn-m
Messages : 53
Gallions : 75
Avatar : Adam Driver
Âge : 29 ans
Sang : Sang-mêlé
Profession : Libraire
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre du Phénix
Particularité : Fumeur et tatoué
avatar



Elias Ainsworth
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Jeu 14 Juin - 16:41

When Elias meets Eryn


IL N'Y A QUE LES ESPRITS LÉGERS POUR NE PAS JUGER SUR LES APPARENCES.
Le vrai mystère du monde est le visible, et non l’invisible. Oscar Wilde

De toute sa hauteur, bien qu'un peu petite si on devait la comparait à l'immensité de la taille d'Élias, la jeune femme semblait le scruter d'un regard impassible. Son visage, aux allures si douces, ne trahissait aucune émotion. Elias ne savait donc point à quoi elle pouvait bien penser en cet instant. Il ne pouvait alors se rattacher qu'à... eh bien à pas grand-chose à dire vrai, si ce n'était que son courage. « Je te crois pas. Tu es le nouveau protégé de Duncan . Mon père m’approche plus vraiment alors parfois il envoie des toutous prendre mon pouls. Il t’a fait un discours patriote sur l’importance de notre rôle ici . Il t’a dit tu allais être un héros qui allait sauver le monde? Il est excellent pour envoyer des gens se faire tuer, tu seras prudent. » Elle lui avait balancé tout cela aussi naturellement que si elle lui avait demandé s'il préférait la bièreaubeurre à un Whisky pur malt vieux de dix ans. Le jeune homme ne bronchait toutefois pas mais, cela lui arrachait tout de même un rictus sournois.

Croisant à présent les bras derrière son dos, il se voyait prendre le temps de la réflexion en faisant à présent quelques pas. « Tu es aussi charmante qu'ont l'dit Eryn MacGonagall. » Lui disait-il enfin d'un ton empli de sarcasme. Pour toutes les fois où il c'était rendu au quartier général de l'Ordre durant le cours de ses dernières années, il avait effectivement entendu parler d'elle. Non pas en mal, loin de là. Mais, il était vrai qu'elle avait du caractère et la réputation de son père ne lui faisait en aucun cas de l'ombre. Elias, se demandait soudain pourquoi il repensait à toutes ses choses alors que jusqu'ici il n'y avait jamais vraiment prêté attention. Toujours tapis dans l'ombre. Se faisant discret en toutes circonstances et particulièrement taciturne, il ne parlait qu'en cas de réelle nécessité. Il n'était donc pas rare que la plupart des gens ne lui prêtaient que guère d'attention, oubliant parfois sa présence au point même de faire de lui le fantôme des lieux. « Que tu me crois ou non, cela n'a aucune importance. En revanche, l'image que tu peux avoir de moi sans même me connaître me peine profondément » Reprit il tout aussi sarcastiquement. « Je ne suis pas un *toutou* que l'ont peu dressé pour arriver à ses fins. Les raisons qui me poussent à faire partie de la résistance sont sans nul doute aussi légitimes que les tiennes, j'imagine. Et je suis sûrement à des années-lumière de savoir pourquoi tu en veux à ce point à ton père, cela ne me regard pas. Mais, il n'enverrait certainement pas des gens se faire tuer par pur esprit patriotique. Ceux qui sont ici ont conscience des risques, pourtant ils sont tout de même là. » Concluait-il d'un ton on ne peut plus grave qu'il ne l'aurait voulu. Mais, quelque part sa fierté avait été ébranlée. Il n'avait jamais été le larbin de qui que soit et il ne s'était jamais - et ne se serait jamais non plus d'ailleurs - considéré comme tel.

Il semblait néanmoins et de manière évidente que les relations père/fille des McGonagall n'étaient clairement pas au beau fixe. Il refusait cependant d'être victime de sa mauvaise humeur. Il était certes de nature discrète, proche parfois de l'effacement total mais, il était loin d'être passif et aussi calme que son comportement habituel ne le laisser suggérer. Si elle voulait mordre, il le pouvait aussi. Faisant toujours les cent pas pour tentait de garder une certaine contenance, elle lui demandait finalement son nom. Il eut presque enfin d'ignorer cette dernière question mais, il finissait tout de même par lui répondre. Enfin, quoi ? Il n'avait plus cinq ans pour se fâcher si vite et bouder au monde entier sous prétexte qu'elle le malmenait un peu. « Elias. je m'appelle Élias Ainsworth. » Il prit également la peine de lui préciser son nom de famille bien qu'elle ne le lui avait pas demandé. Il se doutait aussi que cela ne lui dirait probablement rien mais, voilà c'était chose faite et l'on ne pouvait revenir sur ce qui avait était dit.


• Eryn ϟ Elias
QG de l'Ordre du Phénix
►  Londres ; Angleterre




_________________

DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE


Dernière édition par Elias Ainsworth le Ven 15 Juin - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 179
Gallions : 181
Avatar : Emma Watson

Âge : 26 ans (12 juin)
Sang : Mêlé
Profession : Briseuse de sorts/combattante pour l'Ordre
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre
Particularité : Aucune

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Eryn McGonagall
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Jeu 14 Juin - 19:23


When Elias meets Eryn
Elias & Eryn

«I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable »
Je n’avais pas la réputation d’être douce et tempérée. À une certaine époque on aurait pu le dire, mais plus maintenant. À mon arrivée à Poudlard, il y a déjà de ça plus de 10 ans, je refusais de confronter les gens, laissant ce plaisir à mon frère. Pour moi, la bataille ne menait qu’à des blessures et je refusais de souffrir. Je l’évitais au possible à tout le moins. Mon frère et mon père avaient la bataille dans le sang et c’était facile en les regardant agir. Moi, ce n’était pas une faculté innée. Cependant, en vieillissant, je m’étais rendu compte qu’il y avait des blessures qu’on ne pouvait éviter et que certains sorciers n’avaient que pour seul but que de blesser les autres. J’en avais été témoin et même la victime lors de ma sixième année. J’avais entamé une relation avec un Rosier durant ma quatrième année et mon frère m’avait avertie en me disant que c’était une mauvaise idée et que j’allais me faire avoir. Ma naïveté et mon romantisme avaient pris le dessus et je ne l’avais pas écouté. J’en avais payé le prix plus tard en vivant une humiliation en bonne et due forme dans la Grande Salle en plein repas devant tous les élèves. À partir de ce moment-là j’ai clairement commencé à me fermer aux autres, particulièrement au garçon. J’étais célibataire depuis ce jour-là après tout. J’avais eu quelques fréquentations, mais jamais rien de bien sérieux. Je refusais de me laisser aussi accessible aux blessures. Depuis la mort de mon frère, je n’avais presque plus accessible à qui que ce soit, préférant m’enfouir dans le travail et dans l’entrainement. Mon refus de me battre et ma douceur de l’époque étaient enfouis sous une carapace infranchissable. Comme ça, je gardais la tête froide et je pouvais réagir à tout moment. En ne laissant transparaître aucune faiblesse, il y a moins de chances de se laisser atteindre. Je prenais exemple sur mon père de ce côté-là. Il avait toujours l’air de se foutre de tout et ne semblait jamais avoir mal.

Ce changement m’avait rendue difficile d’approche et très dure. En ajoutant à ça une bonne dose d’amertume et de déception, ça donnait un mélange explosif et plutôt repoussant. Les bras croisés sur ma poitrine et baguette dans les cheveux, comme ma mère le faisait toujours, j’ai haussé un sourcil en entendant ce que me disait le grand bonhomme. Alors on parlait de moi et apparemment en mal. Je décelais le sarcasme dans ses mots et je devais avouer que ça m’a atteint. Je ne l’aurais jamais avoué, mais ce genre de commentaire me faisait mal et me prenait à rebrousse-poil. Oui je l’avais cherché, j’étais allée le piquer moi-même. Cependant, généralement on ne me répondait pas. On me laissait dans ma bulle d’agressivité. Je savais que les gens parlaient, mais je n’en avais pas conscience alors je restais dans le déni. Là, le sorcier m’avait mis la tête directement face à ce qu’on disait de moi et ça m’a fait un froid à l’intérieur. Mon nom de famille n’allait pas me sortir de mon mauvais pas ici. Ce qui m’énervait le plus dans ce qu’il me disait, c’est qu’il savait parfaitement qui j’étais et moi je ne savais rien de lui, mis à part qu’il traînait avec mon père un peu plus tôt et qu’il était terriblement grand. J’étais clairement en position de faiblesse.

« Et qu'est-ce qu'on dit d'autre sur moi, Elias ? Que je suis la digne fille de mon père ? Que le loup m'a tout bien appris ? Que je suis une combattante modèle ? »

J’étais restée éloignée d’Elias, ayant attaqué le mannequin qui s’était maintenant reformé. Par contre, je ne comptais plus l’attaquer, par pour le moment. J’avais été piqué au vif par le sorcier et j’avais du venin à la bouche. On ne venait pas me voir comme ça. Oui j’avais attaqué la première, mais il était sur mon territoire. Qu’il parte, il s’en sortirait mieux. J’ai fait quelques pas vers le sorcier, me rapprochant dangereusement de lui, et je l’ai regardé droit dans les yeux en parlant à voix basse. Je n’ai pas eu le choix de lever ma tête vers puisqu’il me dominait de beaucoup.

« Qu'ils parlent, tu leur enverras mes hommages. Il vaut aussi mieux ne pas se fier à ce que les gens disent, ça peut jouer de mauvais tour aux gens naïfs. »

J'ai penché ma tête sur le côté attendant de voir ce qu'allait faire Elias. Franchement, plus j'y réfléchissais, plus je me disais que je n'avais jamais entendu parler de lui, ce qui pouvait se révéler être une bonne chose. Il ne faisais clairement pas de vague et pour un sorcier de sa taille, c'était surprenant.

« Et toi ? Les gens disent quoi sur toi ? T'as l'air de bien me connaître, mais j'ai aucune idée qui t'es. »
(c) DΛNDELION

_________________
❝I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable❞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t1001-i-m-so-far-gone-eryn-m
Messages : 53
Gallions : 75
Avatar : Adam Driver
Âge : 29 ans
Sang : Sang-mêlé
Profession : Libraire
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre du Phénix
Particularité : Fumeur et tatoué
avatar



Elias Ainsworth
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Ven 15 Juin - 13:05

When Elias meets Eryn


IL N'Y A QUE LES ESPRITS LÉGERS POUR NEPAS JUGER SUR LES APPARENCES.
Le vrai mystère du monde est le visible, et non l’invisible. Oscar Wilde

Faisant les cent pas, Élias s'arrêtait finalement devant l'un des nombreux mannequins que contenait la salle d'entraînement. Il le regardait avec curiosité. Cet être inanimé, dépourvu de toute vie, semblait toutefois presque plus vivace qu'il ne pouvait lui-même l'être. Il bougeait sans arrêt lorsqu'il se retrouvait face à un sorcier - ou ici en occurrence face à une sorcière déterminée à lui faire mal. Elias l'avait vu se faire littéralement pulvériser, quelques instants seulement auparavant, par la McGonagall et se reconstituer intégralement aussitôt après. *Ahh, la magie. À la fois stupéfiante et de toute beauté* Songeait il alors. Du moins, lorsqu'elle était utilisée à bon escient. Elias lui enviait presque à ce mannequin. Sans vie certes mais, aussi capable de se reconstituer sans la moindre peine. De se reconstruire sans même se souvenir du mal qui avait pu lui être fait. Si seulement, les choses pouvaient être aussi simples dans la vrai vie. Si seulement, en coup de baguette il pouvait lui aussi oublier les maux qui le rongeaient. Enfin, techniquement il le pouvait le faire mais, cela reviendrait clairement à se priver volontaire de toute sa mémoire, s'il devait réellement se séparer de tous ce qui lui faisait mal. Et au fond, est-ce vraiment une bonne chose que de vouloir se séparer de tous ses dites choses - qui bien malgré elles - avaient fait de lui ce qu'il était aujourd'hui ? Aurait-il eu la même volonté de fer que de vouloir réduire à néant le Seigneur des ténèbres si les choses s'étaient passées différemment ? Si l'incendie n'avait pas eu lieu . Si Simon était toujours envie . Si son père, sa mère... et si Susan ne s'en était pas allé elle aussi ? Bien que cette dernière était, elle, parti de manière bien différente que ses derniers.

Mais, son esprit s'égarait en cet instant dans des souvenirs qui n'avait pas lieu d'être à ce moment précis. Il le sentait, oubliant presque la présence d'Eryn. Lorsque enfin il en eut pleinement conscience, il eut la drôle d'impression que son esprit avait vagabondé un peu trop longtemps mais, il n'était pas certain que la jeune s'en soit rendu compte. Le son de sa voix vient ensuite lui chatouiller les oreilles, ça ne ressemblait en rien à un doux murmure qui venait doucement le ramener à la réalité mais, au moins cela lui avait permis de chasser s'est pensé. Il semblait qu'Élias avait attisé sa curiosité car, elle lui demandait à présent ce que l'on pouvait bien dire d'autre à son égard. Mais, Ainsworth ne répondit pas. Dans ses questions, se trouvaient aussi les réponses qu'elle cherchait. Finalement, Eryn faisait quelques pas vers lui. Mais, elle s'approchait on ne peut trop dangereusement à son goût. Elle levait les yeux vers lui et plantait ainsi son regard rouge de colère dans le sien - visiblement, elle n'aimait qu'on parle d'elle. Et il devait reconnaître que cela ne le laissait pas totalement de marbre. Il y avait tant de chose qui émanait d'elle. Tant, qu'un frisson lui parcourait froidement l'échine.

Après lui avoir soufflé qu'il pouvait transmettre ses hommages aux beaux parleurs et que cela pouvait jouer de mauvais tour que de les écouter la jeune femme attendait, positionnant sa tête sur le côté. Elias se demandait alors à quoi elle pouvait bien penser. À quoi elle pouvait vraiment penser, aux de là de ses mots. Il tentait de lire entre les lignes et tout ce qu'il pouvait en dire, y voir, c'était qu'elle lui ressemblait ... un peu. Bien que ça carapace semble un tant soit peu plus épaisse que la sienne. Il notait aussi, qu'elle venait implicitement de l'i]l'insulter[/i], encore. Il était loin d'être quelqu'un de naïf, ou si peu. Mais, ce qui était certain c'est qu'il avait détesté le fait qu'elle le sous-entende. « Et toi ? Les gens disent quoi sur toi . Tu'as l'air de bien me connaître, mais je n'ai aucune idée qui tu es. » Demandait-elle. Avait-il réussi à piquer on ne peut plus au vif sa curiosité ou cherchait elle seulement à établir un point d'égalité pour ne pas être la seule que l'on pouvait - d'une manière ou de l'autre - pointer du doigt. « Moi ? » S'étonnait-il alors. « Je n'ai pas la moindre idée de ce que les gens peuvent bien penser de moi, je m'en soucie peu à dire vrai. Et tu devrais en faire autant, ils ne disent rien de mal à ton sujet. » Il poursuivait ensuite après une courte pause, s'accordant ainsi le temps d'une subtile réflexion : « On dit que les mots sont parfois douloureux, qu'ils nous influencent d'une manière ou d'une autre mais, ils n'ont de pouvoir que si nous leur donnons du sens. » Puis, il se tu à nouveau, avant de reprendre enfin en se penchant légèrement vers elle, gardant toute de même une certaine distance de... convenance ? « Alors, si ce que les gens peuvent dire de toi parvienne à t'atteindre, rend tout simplement les mots dérisoires jusqu'à ce qu'ils ne veuillent plus rien dire. »


• Eryn ϟ Elias
QG de l'Ordre du Phénix
►  Londres ; Angleterre




_________________

DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 179
Gallions : 181
Avatar : Emma Watson

Âge : 26 ans (12 juin)
Sang : Mêlé
Profession : Briseuse de sorts/combattante pour l'Ordre
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre
Particularité : Aucune

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Eryn McGonagall
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Ven 15 Juin - 16:47


When Elias meets Eryn
Elias & Eryn

«I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable »
Oui j’étais rude avec Elias. Oui je l’insultais minimalement. Oui à tout ça et en plus je ne le connaissais pas. Je crois franchement que c’était ça mon problème dans notre situation. Il savait qui j’étais, peu de gens ne le savaient pas d’ailleurs, je pouvais remercier mon père pour ça. Bref, il savait qui j’étais et moi j’étais dans le noir le plus complet. Il ne dégageait pas grand-chose, restait de glace face à ce que je lui disais, ce qui ne m’aidait pas du tout pour jauger le personnage. D’accord, il disait ne pas être le larbin de mon père, c’était déjà ça de gagné. Mais sinon, je ne savais rien. Ce qui commençait à me frustrer en plus de tout ça, c’est qu’il évitait mes questions. Ne répondant à rien. La seule question à laquelle il avait répondu pour le moment était son nom et, franchement, s’il avait évité celle-là aussi je l’aurais foutu à la porte de la salle. Je n’avais pas vraiment de plaisir à discuter comme ça avec lui dans cette atmosphère plutôt tendue alors qu’est-ce qui me retenait de lui dire de partir? Je n’en savais trop rien moi-même. Son refus de parler et ses réponses calmes et froides malgré mes piques m’intriguaient. Il avait du sang-froid, ça, c’était certain. Je connaissais des gens qui se seraient emportés à moins... moi la première. Je n’étais pas vraiment un exemple de calme et de sérénité en général, alors en me piquant comme je le faisais avec le pauvre sorcier, je lui aurais probablement éclaté un bras. J’attendais les réponses à mes questions et elles ne venaient tout simplement pas. Les yeux d’Elias semblaient plonger dans le vague, comme s’il n’était que présent physiquement, mais pas mentalement. À quoi pensait-il pour être aussi loin dans sa tête? J’essayais de montrer à Elias que c’était mon territoire ici, que je ne me laissais pas marcher sur les pieds et que j’étais prête à me battre pour établir ma dominance. Lui ne semblait pas se sentir attaqué du tout. Il allait me rendre dingue à rester aussi passif.

Soudainement, le sorcier sembla sortir de sa rêverie et son regard vint se poser sur moi qui n’étais qu’à quelques pas de lui. Encore une fois, le grand brun évitait ma question en me disant qu’il ne savait pas ce que les autres racontaient sur lui et qu’il s’en foutait. Grand bien lui fasse. Il se lança dans de grands conseils qui ne m’intéressaient pas. Je me foutais de ce que les gens racontaient. Il aurait été clairement plus à mon avantage d’utiliser mon père pour gravir les échelons, pour me faire respecter. Ce fait à lui seul montrait que je n’avais rien à foutre ce que les gens pensaient de moi. Je faisais toujours ma petite affaire de mon côté, pensant au mieux. SI ça ne plaisait pas, tant pis. Si ça plaisait, tant mieux. Je savais ce que les gens disaient de manière générale et oui ça me faisait un pincement au cœur de savoir ça. Par contre, je n’en changeais pas pour autant. Je n’ai pas répondu tout de suite, ne sachant pas quoi répliquer à ses mots. Le Ainsworth reprit la parole et cette fois pour rajouter une couche de philosophie à tout ça. Où voulait-il aller avec tout ça? Oui des mots pouvaient être douloureux si la personne qui les disait savait où piquer. Pour le reste, pourquoi me disait-il tout ça? Parlait-il pour lui ou pour moi? Il ne donnait pas de sens à mes mots ou bien il me disait de ne pas donner de sens aux mots des autres. Alors que j’essayais de comprendre le sens de ses propos, Elias se pencha vers moi, me dominant de toute sa grandeur, ne me laissant pas le choix que de pencher ma tête encore plus vers l’arrière pour garder son regard dans le mien. Je n’avais franchement pas du tout la tête à la philosophie ce soir-là. Je ne l’avais que rarement depuis la mort d’Elias. J’étais plus posée avant, plus calme. Maintenant j’étais une boule de nerfs prête à exploser.

« Laisse tomber la philosophie avec moi, j'ai pas la tête à ça en ce moment. Et si tu penses que je me laisse atteindre par les mots des autres, tu ne me connais pas autant que je le pensais. »

J'essayais de sauver les apparences, il avait vu clair en moi. Les mots me touchaient, ils me craquaient. Par contre, les cicatrices de ces fissures rendaient ma peau plus épaisse et je me camouflais derrière cet amas de chaire brisée. Me sentant trop près d'Elias, je me suis reculée d'un pas, soulageant mon cou de la tension qui y était emmagasinée en restant la tête inclinée vers l'arrière.

« Merci pour tes bons conseils grand maître, par contre ce n'est pas ce que je voulais savoir. Je sais toujours pas qui t'es. Je vais te poser ma question autrement. Tu fais quoi ici si t'es pas le larbin de mon père ? Tu fais de la recherche, tu te bas...t'es qui pour l'Ordre ?  »

_________________
❝I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable❞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t1001-i-m-so-far-gone-eryn-m
Messages : 53
Gallions : 75
Avatar : Adam Driver
Âge : 29 ans
Sang : Sang-mêlé
Profession : Libraire
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre du Phénix
Particularité : Fumeur et tatoué
avatar



Elias Ainsworth
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Sam 16 Juin - 22:17

When Elias meets Eryn


IL N'Y A QUE LES ESPRITS LÉGERS POUR NEPAS JUGER SUR LES APPARENCES.
Le vrai mystère du monde est le visible, et non l’invisible. Oscar Wilde

D'un air agacé, Eryn lui rétorquait farouchement qu'il était inutile de philosopher avec elle. Qu'elle n'avait pas la tête à cela en ce moment et qu'il était idiot de penser que ses paroles pouvait avoir le moindre sens à ses yeux. Et bien que , pour une fois, elle ne l'avait pas dit clairement ni même suggérer avec subtilité, son regard... Son regard lui, en disait long et il lui semblait évident qu'elle n'en pensée pas moins. Et elle avait sûrement raison de le penser. Qui était-il pour lui dire ce genre de chose ? Alors, qu'on fond tout ce qu'il pouvait connaître d'elle lui était parvenu de murmure qu'il avait entendu ici et là. Il n'avait d'ailleurs jamais su, avant ce soir qui elle était vraiment car avant cet instant il n'avait jamais associé son visage à son nom et au chuchotement qu'il avait pu entendre jusqu'à présent la concernant. Il se sentait d'ailleurs très bête de ne jamais s'en être aperçu avant aujourd'hui. Bien que cela n'aurait probablement et strictement rien changé à la situation dans laquelle il se trouvait à présent. Mais, quelque part il s'en voulait, un peu. Comment une chose pareil avait-il bien pu lui échapper pendant si longtemps ? Était-il préoccupé à ce point pour ne pas s'en être rendu compte ? Ne pouvait il point voir plus loin que le bout de son nez ? Pourtant, ni l'arrogance ou le narcissisme ne faisait partie de ses traits de caractère. Du moins, il osait fortement l'espérer. Mais, peut-être est-ce l'esprit de vengeance qui l'animait un peu plus chaque jour qui l'empêchait de regarder au-delà de ce qu'il pouvait bien voir ? Le rendant ainsi aveugle à tout autre chose. Décidément, il ne comprenait rien à tout cela et dans le fond peu lui importaient les réponses à toutes ses questions. Ce qui était certains, c'est qu'il détestait ça. Ce n'était pas le moment de se montrer inattentif - peu importe qu'il s'agisse d'un détail superflu ou non.

Puis, jugeant probablement, qu'ils étaient on ne peut trop l'une de l'autre Erynn se détournait de lui. Dans un mouvement de recul, elle faisait un pas en arrière avant de finalement redressait la tête. « Merci pour tes bons conseils grands maîtres... » En entendant cela, Élias ne put réprimer un sourire vaguement amusé, oubliant au passage l'agacement qu'il avait lui-même ressenti quelques secondes même auparavant. Cela n'avait pourtant rien de drôle et le ton de sa voix, emplis d'ironie et de sarcasme, ne laissait guère de place à l'amusement. Mais, il ne put toutefois s'en empêcher. Elle poursuivait ensuite, en lui demandant ce qu'il était pour l'Ordre du Phénix, puisqu'il n'était visiblement pas le larbin - le toutou pour reprendre les mots qu'elle avait employés précédemment - de son paternel. Elle tenait curieusement à connaître le rôle qu'il pouvait bien jouer ici. Et à dire vrai, Élias ne savait pas très bien par où commencer. Il faisait partie de la résistance depuis plusieurs années maintenant et il s'était vu confier des tâches diverses et varié avant de finalement se retrouver - depuis peu - au poste de chasseur d'Horcruxes ; enfin si on pouvait formulaire cette misions de cette façon. On pouvait dire, que d'une manière ou d'une autre, qu'il avait doucement gravit les échelons. « Je suis chasseur. » Dit-il simplement « Et il paraît évident que je me battrais au moment venu. » Il avait prononcé ses mots à la fois calmement mais ils étaient aussi emplis de tant de conviction que cela ne collait pas tout à fait avec l'allure posé qu'il dégageait. Soudain, il se remettait à faire les cent pas.

Il était d'ailleurs ici présent ce soir pour recevoir la marque, la Rune de Phénix qui le protégerait de l'influence néfaste des Horcruxes. Artefacts si puissants qu'être en présence de l'un d'eux - rien que l'un d'eux - était en mesure de vous détruire lentement à petit feu. C'était donc pour cette raison - pour le moins évidente et convaincante - que tous les chasseurs de l'Ordre se voyaient recevoir la Rune du Phénix, invisible à l’œil nu, là tout près cœur. Et maintenant qu'il y songeait, il se rendait à présent compte que ce détail lui avait presque échappé. Captivité par la belle, la fougueuse Eryn, il avait presque oublié la raison principale de sa présence ici ce soir. Il ne pouvait donc point se permettre de rêvasser plus longtemps et pourtant se il surprit à retarder ce moment fatidique où il devrait quitter la salle d'entraînement pour retrouver, on ne peut plus loin de là, Duncan McGonaGall qui devait sûrement l'attendre de pied ferme. Pourtant, même en dépit de cela et au risque de se faire passer un horrible savon, il lui demandait : « Et toi, quel est dont ton rôle ici ? » Elias essayait, tant bien que mal, de ne pas trop la regarder. Évitant son regard pour ainsi garder une certaine contenance, il se refusait se perde face vis-à-vis de cette dernière, aussi troublante et effarouchée qu'elle pouvait être.


• Eryn ϟ Elias
QG de l'Ordre du Phénix
►  Londres ; Angleterre




_________________

DON'T THINK I DIDN'T NOTICE
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 179
Gallions : 181
Avatar : Emma Watson

Âge : 26 ans (12 juin)
Sang : Mêlé
Profession : Briseuse de sorts/combattante pour l'Ordre
Situation civile : Célibataire
Allégeance : Ordre
Particularité : Aucune

Inventaire
Disponibilité: Oui
Dés de compétence:
avatar



Eryn McGonagall
confringo - sorcier
confringo - sorcier


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   Lun 18 Juin - 14:00


When Elias meets Eryn
Elias & Eryn

«I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable »
Ce sorcier m’intriguait vraiment. Son calme me troublait plus que de raison. Quelqu’un qui se laisse attaquer comme il le faisait devait avoir une grande confiance en lui, ou bien il était particulièrement passif. Je ne croyais pas que la deuxième option était la bonne, il répondait facilement. Les réponses n’étaient jamais celles auxquelles je m’attendais, mais il semblait tout de même assuré et défendait ses points, sans tomber dans l’agressivité. J’aurais eu quelques notes à prendre pour apprendre à mieux gérer mes émotions et surtout mon agressivité qui me sortait par presque tous les pores de peau. Cependant, j’étais franchement trop orgueilleuse pour assumer cette gestion que je devais travailler. Je préférais jeter tout ça sur le pauvre sorcier qui, en fin de compte, n’avait rien demandé. Bah, il avait pris l’initiative de venir me porter ma veste quand même. Il me disait que ce n’était pas mon père qui l’envoyait, alors ça restait un peu sa faute. Il n’avait qu’à ne pas venir me déranger alors que je m’entraînais. L’enfer est pavé de bonnes intentions que ma mère m’avait déjà dites. J’adorais cette expression moldu. Elle montre que même si on pense bien faire, ça ne veut pas dire que ça l’est nécessairement. Si mon but était de le piquer et de l’agacer, je semblais cruellement manquer mon coup puisque j’ai vu le grand sorcier sourire alors que je lui disais que ses conseils ne m’intéressaient pas. J’étais de plus en plus perplexe, mais que faisait-il pour agir comme ça? Je ne comprenais pas ce bonhomme et ça me foutait encore plus en rogne. Si au moins il se donnait la peine de me répondre.

Sans aucun changement dans la voix et sans bouger, Elias m'a dit qu'il était chasseur. Alors là, clairement, il n'était pas un larbin débutant de mon père. Sans dire que mon jugement sur l'homme a complètement changé, je le prenais moins pour un passif amateur. Toujours sur le même ton, il me dit qu'il était prêt à se battre. J'ai haussé un sourcil en me disant que c'était la moindre des choses quand on s'impliquait dans une organisation comme la nôtre. Si on n'est pas prêt à se battre, autant éviter les rebelles. Sans savoir pourquoi, là je l'ai cru sans problème. Alors que je restais sur place, les bras croisés sur ma poitrine et la baguette coincée dans mes cheveux, j'ai regardé le sorcier commencé à faire les cent pas. Était-il nerveux pour autant avoir besoin de bouger ? En avait-il terminé avec mon père ? C'était peut-être ça son problème du moment. À voir la vitesse à laquelle il m'avait rattrapé pour venir me rejoindre ici avec ma veste, il n'était pas resté bien longtemps avec mon loup de père. Il restait ici à trainer au lieu d'y retourner, s'il n'avait pas terminé et connaissant mon père, moi aussi j'aurais été nerveuse à sa place. Sans dire que la patience n'est pas son fort, quand on le fait attendre pour une connerie comme la veste de sa fille, c'est évident qu'il ne sera pas de très bonne humeur à son retour.

« Je suis combattante...surprise. »

Je n'ai pas vraiment la tête de l'emploi à ce qu'on m'avait déjà dit. C'était à mon avantage en bout de ligne, on ne me prenait pas au sérieux et puis j'attaquais. Pour un fois, se fier aux apparences était payant, pour moi en tout cas. J'ai jeté un coup d’œil au bonhomme qui semblait incapable de rester sur place et qui ne me regardait plus du tout. J'ai décidé de lui faire un commentaire.

« Si c'est pas mon père qui t'envoie, il sait que t'es là ? S'il t'attend de l'autre côté, tu devrais y retourner avant qu'il vienne te chercher par la peau du cou. Si tu n'avais pas fini avec lui bien sûr. Surtout si c'est juste pour me donner ma veste... »

Je ne tenais pas à dire qu'il était étrange de venir me donner ma veste à la course comme il l'avait fait, mais j'insinuais que ce n'était pas très pressant. Je me disais en moi-même que la rencontre avec mon père devait être particulièrement chiante pour qu'il veuille en partir comme ça.

_________________
❝I know it's so wrong but I'm so far gone. Don't need you to tell me I'm so cynical. Quit being so over-skeptical. Don't need a metaphor for you to know I'm miserable❞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cistem-aperio.forumactif.com/t1001-i-m-so-far-gone-eryn-m



Contenu sponsorisé


Message
Sujet: Re: ❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN   

Revenir en haut Aller en bas
 
❥ When Elias meets Eryn ϟ ERYN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ERYN ₪ ... Dead girl walking too
» Patrick Elias...
» BE CAREFUL ▬ Declan & Elias & Aubépine & Kathaleen
» (F) Gemma Arterton - Eryn O'Neill
» Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés [PV Eryn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CISTEM APERIO ::  :: Londres moldu :: QG de l'ordre-
Sauter vers: